Consultations pancanadiennes sur les langues officielles : Yellowknife hôte de la 16e table ronde

08 septembre 2016
La communauté francophone entoure Randy Boissonnault, secrétaire parlementaire de la ministre 
du Patrimoine canadien. #LANG2016 (Crédit photo : Sandra Inniss)

La communauté francophone entoure Randy Boissonnault, secrétaire parlementaire de la ministre du Patrimoine canadien. #LANG2016 (Crédit photo : Sandra Inniss)

On a passé le micro à Yellowknife, le 7 septembre, lors des consultations pancanadiennes sur les langues officielles au Centre du patrimoine septentrional Prince-de-Galles.

Une quinzaine de représentants des organismes ténois se sont réunis avec Patrimoine canadien, représenté par M. Randy Boissonnault, secrétaire parlementaire de la ministre Mélanie Joly.

Ces consultations sont organisées en vue du prochain plan d’action pluriannuel sur les langues officielles, qui viendra renouveler le plan actuel communément appelé la Feuille de route, qui arrivera à échéance en mars 2018.

«Concilier les priorités, relever les nouveaux défis et investir judicieusement dans un nouveau plan d’action» est la mission que se donne le gouvernement fédéral.

L’introduction de M. Boissonnault a été brève. Rapidement, la parole a été cédée aux représentants des organismes présents. La question de l’identité, de la culture ainsi que des enjeux organisationnels vécus par la minorité francophone, comme le manque de ressources financières et d’infrastructures, le taux de roulement du personnel dans les organismes, le manque de services de santé en français et l’absence de Radio-Canada sur le territoire ont fait partie des éléments abordés.

Les organismes ont également demandé à Patrimoine canadien d’être plus flexible en ce qui concerne les cibles à atteindre pour le financement, qui pour certains, étaient irréalistes et pouvaient devenir une source de tensions entre les associations.


Les langues autochtones ont fait l’objet de plusieurs mentions lors de cette rencontre. « Il faut tenir compte de nos confrères autochtones, ça aussi, ça fait partie de la réalité qu’on vit ici aux TNO», a témoigné Jean de Dieu Tuyishime, directeur de la Fédération franco-ténoise.


Au terme de la rencontre, la recommandation de Patrimoine canadien a été claire: «Soyez précis dans vos priorités régionales». M. Boissonnault a commenté que cette consultation a été singulière par sa nordicité et a lui aussi reconnu l’importance de tisser des liens entre toutes les communautés des TNO.

Depuis le 20 juin, les consultations se déroulent dans des «villes clés» pour les communautés francophones et anglophones vivant en situation minoritaire, et ce, dans l’ensemble du pays. M. Boissonnault se dirige maintenant vers le Yukon pour la prochaine table ronde. Suite aux consultations, un rapport est prévu pour 2017 et la mise en action du prochain plan aura lieu en 2018.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.