Éditorial : Y a des ces jours...

01 juillet 2015
1 Commentaire(s)

Je regarde souvent l’actualité déroulée devant mes yeux avec un certain cynisme mélangée à de la désinvolture qui frôle presque le désintérêt. Je consulte le fil de presse de la Presse canadienne un peu moins d’une dizaine de fois par jour, alors ça en fait de la nouvelle d’ici (au Canada) et d’ailleurs. Et c’est souvent pas très joyeux ce qui se passe au Canada et dans le monde.
Parfois, l’actualité nous joue un tour et on se surprend à enfin se réjouir ou, tout au moins, découvrir un peu de bonté et d’optimisme dans les événements. Il y en a de ces événements et la bonne chose, c’est qu’ils nous marquent souvent plus que les conflits et les fléaux de toute sorte qui déferlent sur l’humanité.
Je me souviens encore de la chute du mur de Berlin et de l’enthousiasme qui s’était emparé du monde.
Je me souviens encore de la victoire étonnante de Barack Obama, qui a insufflé un vent d’optimisme à la planète entière, qui croyait que les États-Unis redevenaient un peu plus humains.
Je me souviens encore de Charlie, ce sans-abri de Yellowknife qui a donné la très grande partie de l’argent reçu en dédommagement pour ses années d’enfance perdue dans des pensionnats.
Et tout dernièrement, j’ai été agréablement surpris de l’encyclique du Vatican prônant une prise de conscience et des actions énergiques pour contrer les changements climatiques et leurs effets sur les plus démunis.
Puis, la semaine dernière, c’était au tour de la Cour suprême des États-Unis de nous surprendre. Dans une décision partagée, la Cour suprême légalisait les mariages gais partout au pays, une décision qui renversait les politiques établies de plus d’une douzaine d’états américains.
Aucun de ces événements (sauf peut-être le geste inoubliable de Charlie) ne s’est fait sans qu’il y ait des critiques acerbes, même la chute du mur de Berlin. Ça a été le cas du Vatican, qui a été accusé de se mêler de ce qui ne le regarde pas ou encore de la Cour suprême qui veut imposer la Constitution américaine à des gens qui n’en veulent pas, sauf pour le droit de porter des armes, évidemment.
Malgré tout, il faut quand même souligner ces petits faits de l’actualité qui viennent nous surprendre et qui nous rappellent que l’humanité évolue, parfois à petits pas, trop lentement à mon goût, mais sûrement.

 


Tous les commentaires (1)

Écrit par Anonyme, 06 juillet 2015, 13 h 59
Bien dit!