Nouveaux moniteurs de langues au programme Odyssée : Voyageur dans son propre pays

Edward Laporte, Genevièeve Falaise, la formatrice Elaine Jacques, Crystal Alain, Sheilany Bouchard et Kristina Bernier avec une création à la main, lors de leur formation à Yellowknife (Crédit photo: Sandra Inniss)

Edward Laporte, Genevièeve Falaise, la formatrice Elaine Jacques, Crystal Alain, Sheilany Bouchard et Kristina Bernier avec une création à la main, lors de leur formation à Yellowknife (Crédit photo: Sandra Inniss)

Réunis à Yellowknife la semaine dernière, les nouveaux moniteurs de langue du programme Odyssée sont venus se procurer les outils nécessaires pour entreprendre cette aventure, le temps d’une année scolaire.

Promouvoir le français dans l’amusement par le biais d’activités, de bricolages et de jeux. Ce fut l’objet des deux jours de formation guidés par Elaine Jacques, qui a été monitrice de langue de 2010 à 2011.
L’équipe des Territoires du Nord-Ouest 2016-2017 regroupe Crystal Alain et Sheilany Bouchard à Hay River, Kristina Bernier à Fort Smith, Geneviève Falaise à Yellowknife et Edward Laporte à Inuvik. Leur mandat : planifier et animer des activités afin de motiver les jeunes à apprendre la langue française et la culture francophone par les arts, la musique, l’humour et des histoires, sous la supervision d’un enseignant.
« J’ai des enfants qui ne parlent pas beaucoup français, mais juste de les voir bricoler et de constater qu’ils sont capables d’apprendre [quelques] mots en ayant du plaisir », c’est ce qui compte pour Crystal Alain, dans son rôle de monitrice à Hay River.
« Dans les écoles anglophones, [les élèves] ne savaient pas que je parlais en français à tous les jours avec ma famille et que tout était traduit en français. Je pense que notre rôle de moniteur est de démontrer la réalité des deux langues au Canada et de faire connaitre la francophonie », explique Sheilany Bouchard, diplômée d’un baccalauréat en langues modernes anglais-espagnol. Pour elle, le programme Odyssée est une occasion de voyager dans des endroits inédits et de faire une première expérience dans le domaine de l’enseignement.
Edward Laporte a cherché le dépaysement dans son propre pays et est heureux d’être envoyé à Inuvik. Il résume son aventure à ce jour comme suit : « Les enfants ont des cours de gwitchin et de drum dance dans les classes, j’ai été à la chasse avec l’école et une professeure m’a offert des mitaines de phoque. Bientôt ce sera une semaine entière dédiée à la chasse », annonce Edward d’un ton réjoui.
Pour sa part, Geneviève Falaise, conteuse professionnelle, a pour objectif de partager sa passion avec les jeunes, de se nourrir de nouvelles histoires et de sortir de sa zone de confort. « J’aimerais créer des activités en lien avec le conte, apprendre aux élèves à raconter des histoires et à écouter les autres aussi. C’est cette notion de respect que je veux leur inculquer, dans le plaisir. Et jusqu’ici, les jeunes ont beaucoup d’imagination », exprime-t-elle, en ajoutant qu’elle espère aussi organiser des spectacles aux TNO au cours de la prochaine année.

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.