Arts : Visions d'au-delà des branches

29 mai 2014
0 Commentaire(s)
Jennifer Walden

Jennifer Walden

La tridimensionnalité est la signature de Jennifer Walden
 

Jennifer Walden a été complètement fascinée par son séjour dans le Dechen la — la Terre au-delà des branches — un plateau niché entre les monts Selwyn et Mackenzie. Le public risque de partager ce sentiment, s'il passe contempler la vingtaine de tableaux qu'elle en a rapportés, et qui sont exposés au Centre du patrimoine septentrional Prince-de-Galles jusqu'au 31 décembre 2014.
Caribous, paysages, flores, les formats sont géants, la lumière est formidable et les coloris somptueux; la palette est généreuse jusqu'à donner du relief à des peintures déjà pourvues d'une profondeur manifeste. D'ailleurs, Jennifer Walden avance que la tridimensionnalité est sa signature. « J'aime mettre des épaisseurs de peinture, révèle-t-elle, ça me fait me sentir plus engagée. Il y a quelque chose de tactile là-dedans. » Dans cette optique, elle incorpore aussi à son travail à l'acrylique des ficelles, des morceaux de vitre et un genre de pâte appelée en anglais moving paste.

Succès
Cofondatrice du Borderless Art Movement et collaboratrice de l’Aurora Arts Society, Jennifer Walden s'est rendue dans le Dechen la, à l'instigation de la Première Nation Kaska, avec le projet d'en tirer une exposition, mais elle ne se doutait pas qu'elle serait de cette envergure. Si les photos qu'elle avait vues de l'endroit étaient magnifiques, être sur place était encore plus impressionnant et l'artiste a travaillé un peu plus d'un an à créer le corpus de l'exposition, dont certaines pièces mesurent plus de dix pieds. Le succès a été au rendez-vous. L'exposition Dechen la a été présentée à Fort Smith et à Whitehorse avant d'atteindre Yellowknife. Les photographes chargés de réaliser le catalogue d'exposition, Tara Marchiori et Dave Brocha, du Chasing Light Studio, ont été tellement impressionnés par le travail de Walden qu'ils ont décidé de lui consacrer un documentaire. Et le soir même du vernissage de l'exposition à Prince-de-Galles, l'artiste recevait une commande de quatre tableaux.
Jennifer Walden est tout de même arrivée à une nouvelle étape dans sa création. Elle a en effet passé un an à l'école des Beaux-Arts de Florence, y étudiant notamment la fresque, la peinture à l'huile, le dessin avec un modèle. On l'a initiée à une manière différente de voir, de contrôler l'expression de la lumière. « Je n'aime pas l'idée de faire toujours les mêmes choses, explique Jennifer Walden. C'est important pour moi de continuer à apprendre. Je vais essayer d'utiliser tout ce que j'ai appris en Italie, mais ensuite je vais prendre ces techniques et les associer à mon ancien style. » Jennifer Walden a déjà commandé des matériaux pour faire des fresques, mais elle ne sait pas comment ce type de médium réagira à la température locale.