Vigilance

02 février 2017

Lundi, comme des dizaines d’autres Ténois de toutes croyances et incroyances, je me suis rendu au Centre islamique de Yellowknife. Pour la vigile.

Au lendemain de l’attentat haineux survenu dans la ville de Québec, je trouvais important de démontrer ma sympathie envers cette communauté culturelle éprouvée. Un grand nombre de mes concitoyens ont fait de même ainsi que des élus municipaux et territoriaux.

L’imam Nazim Awan, qui nous recevait, s’est vite empressé de dire qu’il n’en attendait pas moins de Yellowknife, qu’il savait bien que la communauté apporterait son soutien. Par ailleurs, et c’est un peu étonnant dans les circonstances, à l’entrée de la très modeste mosquée de Yellowknife, ce soir-là, il n’y avait pas la moindre mesure de sécurité. Il y a certes quelque chose de rassurant à constater que nous vivons dans une communauté généralement tolérante, accueillante et pacifique où, quelques heures seulement après une fusillade lâche et sanglante, on ne se formalise pas de vous voir, vous l’impie, entrer dans un lieu de culte le visage enfoui dans la capuche de son parka.

Or, nous sommes peut-être un peu naïfs. Le genre de drame qui s’est produit à Québec pourrait survenir ici. De l’intolérance, du racisme et des gestes malheureux, il y en a aussi chez nous. Souvenez-vous: en 2010, des vandales avaient placardé sur ce même Centre islamique des tracts islamophobes.

Alors que les discours anti-immigration sont de plus en plus normalisés (pensons à la candidate conservatrice Kellie Leitch et à son projet de «test des valeurs»), il importe d’être vigilants.

Lorsque l’on est confrontés à des discours haineux et nimbés d’ignorance, nous avons une responsabilité d’y répondre. Pas de déchirer sa chemise ou de réclamer qu’on fasse taire celui qui le prononce. Simplement, calmement, de répondre.C’est ainsi que le discours s’élève.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.