Ailleurs dans la presse francophone : Vent de changement ou statu quo

C’est le 30 octobre que les Nunavummiuts se rendront aux urnes afin d’élire les prochains députés de la 5e Assemblée législative du Nunavut.
 

Au total, 72 candidats et candidates brigueront les suffrages dans les 22 circonscriptions du Nunavut. Notons toutefois l’absence de deux candidats de marque, Peter Taptuna (Kugluktuk), premier ministre, et Keith Peterson (Cambridge Bay), ministre des Finances, qui tirent chacun leur révérence de l’arène politique après 9 et 14 années de service respectivement.
Les départs de Taptuna et de Peterson ne sont pas sans incidence. Quoi qu’il advienne le 30 octobre, la prochaine Assemblée législative risque d’être inexpérimentée. Bien que 19 des 22 députés sortants tenteront de se faire réélire, 17 de ceux-ci n’auront complété, au plus, qu’un seul mandat. Seuls Paul Okalik (Iqaluit-Sinaa) et Allan Rumbolt (Baie d’Hudson) ont cumulé plus de deux mandats, Okalik ayant occupé le poste de premier ministre du Nunavut de 1999 à 2008.
En raison de sa forte population, la ville d’Iqaluit compte 4 circonscriptions électorales : Iqaluit-Manirajak, Iqaluit-Niaqunnguu, Iqaluit-Sinaa et Iqaluit-Tasiluk. Voici un bref aperçu de chacune de ces courses.

Iqaluit-Manirajak
La députée sortante Monica Ell-Kanayuk aura fort à faire pour conserver son poste. Elle sera opposée à Okalik Eegeesiak, présidente de l’Inuit Circumpolar Council, à Adam Arreak Lighstone, un employé travaillant dans le domaine des finances au gouvernement du Nunavut, ainsi qu’à Jude Lewis. Bien que Ell-Kanayuk l’ait aisément remporté en 2013, il est fort à parier qu’il en sera tout autrement cette fois-ci.

Iqaluit-Tasiluk
Le député sortant George Hickes aura sans doute été l’une des belles révélations de la dernière Assemblée. Il a été élu pour une première fois en 2013, en détrônant Eva Aariak, première ministre de l’époque, par 43 voix. Il a été invité à joindre le cabinet en 2015 et fut promu ministre de la Santé en juin 2016. Hickes sera opposé à Jacopoosie Peter.

Iqaluit-Sinaa
Paul Okalik l’avait facilement remporté en 2013 face à 3 aspirants. Cette fois-ci, la course risque d’être beaucoup plus corsée alors que le député sortant devra faire face à l’ex-mairesse d’Iqaluit, Elisapee Sheutiapik, à Cindy Rennie, une employée de l’Assemblée législative ainsi qu’à l’homme d’affaires Adamee Itorcheak. Rappelons qu’Okalik et Sheutiapik s’étaient affrontés en 2008 dans l’ancienne circonscription d’Iqaluit-Ouest. Okalik l’avait alors remporté par 44 voix.

Iqaluit-Niaqunnguu
L’un des duels les plus attendus sera sans doute dans la circonscription d’Iqaluit-Niaqunnguu. La députée sortante Pat Angnakak croisera le fer à nouveau avec Anne Crawford, une avocate et résidente de longue date d’Iqaluit et Apex. En 2013, Angnakak avait devancé Crawford par 20 voix seulement. L’énigme toutefois sera le nouveau venu dans la course, Franco Buscemi. Natif d’Iqaluit, Buscemi en est à ses premiers pas en politique. Âgé de 36 ans, Buscemi est très bien connu dans la communauté, notamment en raison de son bénévolat. Chose certaine, il aura un impact.

Une assemblée plus jeune, à l’image de son territoire?
La 5e Assemblée législative du Nunavut fera-t-elle l’objet d’une cure de rajeunissement, à l’image de sa population? Il s’agit d’une réelle possibilité.
Des 72 candidats à cette élection générale, l’une a déjà été élue par acclamation : Mila Adjukak Kamingoak, 31 ans et mère de 5 enfants. Elle représentera la circonscription de Kugluktuk.
David Joanasie, député sortant de la circonscription de Baffin-Sud avait très aisément été élu en 2013 récoltant 58 % du suffrage. Élu à 30 ans, il a la distinction d’être le plus jeune député de la courte histoire du Nunavut.
À ceux-ci, pourraient potentiellement s’ajouter Karen Kabloona (Baker Lake), Adam Arreak Lightstone (Iqaluit-Manirajak) et Franco Buscemi (Iqaluit-Niaqunnguu).
Pour plus de renseignements sur l’élection générale du 30 octobre 2017, veuillez consulter le site Web d’Élections Nunavut : http://www.elections.nu.ca/fr

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.