Journée nationale des Autochtones : Unis dans la fierté!

28 juin 2012
0 Commentaire(s)

Le 21 juin marque la journée de célébration annuelle pour les Nations autochtones du Canada et à Yellowknife, plusieurs activités ont été organisées pour l'occasion.

Sous cette ambiance familiale de joie, de rires et de partage, de nombreuses histoires expliquent l'existence de cette fête.
Cela fait des siècles que nombre des premiers habitants du pays célèbrent cette journée, qui marque l'arrivée de la saison chaude et les plaisirs du solstice d'été. Le jour le plus long est souligné dans toutes les collectivités autochtones.
« Pour nous, les solstices et les équinoxes sont très importants. Ils nous accompagnent dans les différentes périodes de l'année et suscitent certains changements dans notre mode de vie », soutient le chef déné, François Paulette.
Cette journée permet de célébrer les peuples et les cultures autochtones. La Journée nationale des Autochtones a été proclamée en 1996 par le gouverneur général. Pendant ces 24 heures de festivités, les Canadiens ont la chance de souligner les réalisations uniques des gens des Premières Nations, des Inuits et des Métis dans une variété de domaines, tels que l'agriculture, l'environnement, les affaires et les arts.


Des revendications pour la Nation dénée

Pour l'édition 2012, les nombreux kiosques et activités étaient dispersés dans la ville.
Le célèbre Fish Fry annuel a eu lieu au City Hall Civic Plaza et comme à l'habitude, les gens pouvaient s'y nourrir gratuitement et assister à divers spectacles de différentes cultures, dont les cultures inuite et métisse, tout l'après-midi. La foule pouvait facilement se déplacer entre les tables de bijoux artisanaux en vente sur place et les autres attractions. Adultes et enfants étaient invités à expérimenter la fabrication de sculptures dans des bois de cerfs.
Le Métis de Fort Resolution, Robert Beaulieu, a exposé au parc Fred Henne de nombreuses anciennes images des familles francophones des Territoires du Nord-Ouest. L'Autochtone disait vouloir commémorer son arrière-grand-père, François Beaulieu, parce que l'homme a notamment participé au développement des Territoires, notamment en investissant la fortune accumulée par la traite de fourrures, dans la ville de Fort Beaulieu qui portait son nom et qui désormais se nomme Lutsel K'é. Né de parents autochtone et francophone, il a aidé la francophonie durant ses premières expéditions à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle en servant d'interprète à Mackenzie.
La Première Nation dénée de Yellowknife a célébré la traditionnelle fête au Wiliideh Cultural Site, aux abords de la rivière de Yellowknife. Du poisson frit a également été servi sur le terrain et plusieurs individus ont bravé la fine pluie en assistant aux diverses performances musicales offertes. Des activités ont été aussi proposées pour les enfants.
Le chef de la Nation dénée, Bill Erasmus, a préféré manifester en Colombie-Britannique contre les compressions du gouvernement fédéral dans les programmes de l'Association nationale des centres de l'amitié autochtones. Ce programme national offre un large éventail de programmes et de services adaptés à la culture autochtone pour améliorer la qualité de vie et renforcer l'identité culturelle en milieu urbain. M. Erasmus a soutenu de jeunes Autochtones de Vancouver qui contestent la perte de financement visant la prévention et les interventions à développer le côté entrepreneurial des adolescents pour les générations futures.