Recyclage : Une véritable vache à lait

18 février 2010
0 Commentaire(s)
Dès la première journée de la consigne sur les contenants de lait, Adam Pich a récolté des centaines de bouteilles et de cartons que les gens avaient emmagasinés antérieurement. (Photo : Maxence Jaillet)

Dès la première journée de la consigne sur les contenants de lait, Adam Pich a récolté des centaines de bouteilles et de cartons que les gens avaient emmagasinés antérieurement. (Photo : Maxence Jaillet)

Les contenants de lait sont maintenant consignés pour le profit de l’environnement et celui des compagnies de recyclage.

C’est le 15 février que le gouvernement ténois a inclus les contenants de lait et substituts au sein de son programme de recyclage. Dorénavant, le consommateur paiera une surcharge de 35 ¢ à l’épicerie pour chaque contenant de 2 ou 4 litres de lait. Il paiera 15 ¢ de plus lorsqu’il achètera un contenant de 1 litre ou moins.

Sur les 35 ¢ récoltés, 10 ¢ seront dirigés vers les frais de manutention de recyclage et les frais d’administration du programme ainsi que vers un fond pour l’environnement. Les 25 ¢ restants seront retournés au consommateur lorsqu’il décidera de recycler son contenant. Pour les plus petits contenants, 10 ¢ seront remis aux consommateurs et 5 ¢ iront au financement du programme.

D’après Adam Pich, le directeur du Bottle Shop, qui recycle les contenants de boisson à Yellowknife, c’est une véritable occasion d’affaires. Il est certain que cette initiative augmentera le pourcentage de rendement des bouteilles recyclées. Il mentionne que le lait est un aliment de base, et qu’avec un retour de 25 sous, le consommateur est vraiment incité à venir récolter son dû. Il anticipe que cela poussera les gens à apporter les autres contenants.

Grâce à ce nouveau programme, la compagnie engagera un employé à temps plein, et un autre à temps partiel. Le Bottle Shop va également devoir se munir d’une nouvelle presse à compacter qui sera consacrée, la plupart du temps, aux contenants de lait.

Lors des consultations publiques organisées pour comprendre les besoins des Ténois, il a clairement été noté que l’odeur et la salubrité des contenants de lait pourraient poser un problème sanitaire. Pour satisfaire à la sécurité de ses employés, Adam Pich rappelle que son équipe n’accepte que les contenants de lait bien rincés, sans bouchon et déjà écrasés.

Le directeur de la protection environnementale du gouvernement ténois, Ken Hall, anticipe que le pourcentage de retour des contenants de lait égalera celui de 85 pour cent observé pour les contenants de boissons déjà consignés. « Les recherches démontrent que plus une consigne est élevée, plus élevé est le pourcentage de retour. Et ceci, sans affecter moindrement la consommation des produits visés par le programme », confirme-t-il, en expliquant pourquoi la consigne avait été fixée à 25 sous. Il souligne que les TNO sont la seconde région canadienne à exécuter une consigne sur les contenants de lait. La première est la province de l’Alberta, dont le programme a été mis en place en juin 2009. « Les autres provinces sont encore sur une base de recyclage volontaire et leur taux de retour est bien inférieur au nôtre. L’an passé, les TNO ont retourné près de 30 millions de contenants dans le Sud. Cette année avec les 1,6 million de contenants de lait que nous importons, nous espérons retourner près de 32 000 000 de contenants », présente Ken Hall qui se réjouit que tout ce qui est renvoyé dans le Sud, ne remplisse plus les sites d’enfouissement.

Selon le fonctionnaire ténois, la quatrième étape du programme gouvernemental de protection environnementale se penchera, dès 2010, sur les résidus informatiques. Icare compte en effet : la consigne des contenants de boisson, le remplacement des sacs en plastique avec des sacs réutilisables, et le financement d’initiatives pour recycler localement le carton et le papier.