Éditorial : Une semaine de budgets

14 février 2014
0 Commentaire(s)


Les gens qui aiment les chiffres ont été choyés lors des deux dernières semaines. Le jeudi 6 février, le gouvernement territorial présentait son budget et cinq jours plus tard, c’est le gouvernement fédéral qui l’imitait.
Si on en croit ces deux gouvernements, tout va pour le mieux et on roule sur l’or. Du côté territorial, on a un gouvernement qui présente un budget affichant un surplus des revenus sur les dépenses de l’ordre de 200 millions. Par contre, presque dans le même souffle, le ministre des Finances informe le public qu’il entend faire augmenter la marge d’emprunt du gouvernement de près d’un milliard de dollars, notamment en raison des ambitieux projets hydroélectriques des territoires.
C’est dire que si le gouvernement peut se permettre de dégager un surplus, ce ne sera pas pour très longtemps.
Lors de ce budget, le ministre a indiqué la volonté du gouvernement d’augmenter la population du Nord de 2000 habitants en cinq ans. De cette façon, le gouvernement créera de la croissance et cela aura des impacts fiscaux non négligeables.
Je ne crois pas cependant que cette volonté se traduira par des actions qui auront beaucoup de succès, surtout dans la façon d’inciter les travailleurs miniers à habiter les TNO plutôt que les provinces du Sud.
L’une des stratégies du gouvernement passe par l’investissement de 22,6 millions de dollars dans le logement des petites collectivités. L’ajout de logements dans les petites collectivités est une bonne nouvelle en soi alors que le problème de manque de logement représente une situation problématique importante. Cela n’aura malheureusement aucun impact sur l’attrait du Nord pour les travailleurs étrangers.
La principale entrave réside dans le fait qu’il y a très peu de logements dans les plus grandes collectivités qui se situent à mi-chemin entre des HLM et des maisons à ½ million. Très peu de gens vont décider de s’installer ici s’ils doivent payer entre 40 % et 50 % de leurs revenus nets pour se loger. Ce n’est pas comme si le climat compensait cela.
Le gouvernement devra vraiment se pencher sérieusement sur cette question s’il veut réaliser son objectif d’attirer 2000 nouveaux venus.