Une mine de réserve

Ou devrais-je dire une réserve de mine?


En regardant la une, vous comprendrez que je préfère aiguiser ma plume plutôt que ma mine. Les Territoires sont tellement grands qu’il est facile de se soucier ni des exploitations minières, ni des aires protégées.

Le verre est tellement plein que l’on n’a pas à se préoccuper de le voir un jour à moitié vide ou moitié plein. Pourtant, il est impératif de planifier la cohabitation des zones d’exploitation des ressources naturelles avec les zones de préservation des ressources naturelles.

L’abondance des aires de conservation n’est pas un frein au développement de l’industrie minière. C’est un filtre, un concentrateur.


Lorsque le territoire est déjà protégé, il est plus facile au gouvernement ou au public d’approuver des projets d’exploitations : la mine n’est pas dans une zone identifiée sensible... la phase de développement d’un projet minier (lire page 6) devrait se concrétiser plus rapidement.


L’industrie a besoin de ces balises, de ces limites. Les investisseurs aiment se sentir soutenus, encadrés et pourquoi pas guidés. Après le transfert des responsabilités obtenu en 2014, le GTNO se doit de développer son économie et protéger son environnement.

Alors, protégez! Protégez!

Protéger, pour mieux cibler le développement, le rendre plus efficace et s’assurer de respecter le territoire et ses populations.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.