#immigrationfr : Une hausse de 2,9 % en dix ans


 

La part d’immigrants ayant le français comme langue maternelle a légèrement progressé au pays.


Quelque 72,5 % des immigrants au Canada ont déclaré avoir une langue maternelle autre que les langues officielles, selon les données du recensement de 2016 dévoilées le 25 octobre. Hors Québec, la part d’immigrants ayant déclaré avoir le français comme langue maternelle a légèrement progressé. Mais la bonne nouvelle du jour de Statistique Canada est réservée aux Autochtones.


Hors Québec, la part de la population immigrante de langue maternelle française a atteint un nouveau seuil. La proportion est passée de 1,3 % de 2001 à 2010 et à 1,4  % de 2011 à 2016. La proportion des immigrants parlant français le plus souvent à la maison en 2016 se situe à 1,3 %.


En milieu minoritaire, aucun immigrant n’a déclaré connaitre le français seulement, alors que 6,1 % d’entre eux connaissent seulement une langue tierce, qui n’est pas une langue officielle.


Au sein de la population de langue française en milieu minoritaire, la part des immigrants a augmenté de 9,9 % en 2006 à 12,8 % en 2016.


L’Ontario n’est toutefois plus, généralement parlant, la destination préférée des immigrants : en dix ans, la proportion ayant choisi cette province a fléchi de 17 %, se soldant à 39 %.


Les immigrants préfèrent de plus en plus les Prairies : en 15 ans, la part de l’immigration nationale est passée de 7 à 17 % en Alberta, tandis que le taux en Saskatchewan et au Manitoba pour la même période a grimpé de 2,8 à 9,2 %.

L’Afrique dépasse l’Europe
On note aussi à l’échelle nationale une hausse de la population immigrante en 2016 en provenance de l’Afrique, supplantant l’Europe au 2e rang, derrière l’Asie, toujours en première place.


Si la population immigrante de langue française se maintient, elle ne connait pas les hausses de 5 % espérées par les communautés francophones. On compte entre autres sur l’immigration pour pallier l’assimilation et la dénatalité.
Statistique Canada a révélé en août dernier que la part de la minorité de langue française au Canada, définie par la première langue officielle parlée, est passée de 4,0 % en 2011 à 3,8 % en 2016.


Chez les Autochtones, par contre, la croissance de la population s’élève d’environ 20 % d’un recensement à l’autre, alors que le reste de la population ne croit pas plus de 4 %. Selon les données rendues publiques le 25 octobre, la population autochtone s’élevait à un record de 1,67 million en 2016.


Cette population se divise en trois groupes : les Premières Nations (58 %), les Métis (35 %) et les Inuits (3,9 %).
Selon Statistique Canada, le taux de fécondité au sein de ce groupe n’explique pas à lui seul le taux de croissance élevé. La hausse résulterait de la reconnaissance récente des autochtones par la population canadienne, qui fait en sorte qu’ils sont de plus en plus nombreux à s’identifier lors des recensements.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.