K'amba Carnival : Une grande réunion de famille

08 mars 2012
0 Commentaire(s)
Kathy Beaupré prend le départ avec ses chiens aux foulards roses. (Photo: Virginie Bouchard)

Kathy Beaupré prend le départ avec ses chiens aux foulards roses. (Photo: Virginie Bouchard)

La réserve autochtone de K’atlo’deeche de Hay River grouillait d’activités la fin de semaine dernière. Courses de traîneaux à chiens, danses du tambour et spectacles ont teinté la 29e édition du K’amba Carnival.

Le 29e K’amba Carnival s’est ouvert, le jeudi 1er mars dernier, sur la réserve autochtone de Hay River. Pour l’occasion, plusieurs personnes de diverses communautés nordiques ont pris part aux célébrations. Spectacles, courses de traîneaux à chiens, danses du tambour, jeux de mains et autres activités ont eu lieu au cours de la fin de semaine. Le chef de la Nation dénée de Hay River, Roy Fabian, était fier de sa communauté.
« C’est incroyable de constater combien de gens sont ici pour le carnaval. Il y a beaucoup de participants pour les courses de traîneaux à chiens, les jeux de mains. Le spectacle d’hier soir était excellent. Nous avons des gens de talent qui n’ont pas peur d’aller sur scène et d’amuser le public », confie-t-il.

Ensemble c’est tout

Pour la population autochtone, la tenue de festivals revêt une importance particulière, puisque ces événements marquent l’arrivée du printemps et servent à briser la monotonie des longs mois d’hiver. C’est également le moment pour les Dénés de se réunir et de revoir des amis et des membres de la famille.
« Le carnaval et les jeux de mains, c’est une part de notre culture, c’est le fait d’être ensemble. Nous faisons ça depuis des milliers d’années. Les jeux de mains, c’était une façon de nous présenter. Nous pouvions être ennemis le reste de temps, mais au cours du jeu, c’était une façon de communiquer entre nous », explique Henri Beaver, joueur de tambour.
Le K’amba Carnival de K’atlo’deeche est une première célébration d’une série de plusieurs, qui s’étendent tout au long du printemps, d’une communauté à l’autre. « C’est génial d’être impliqué dans la communauté mais aussi dans les célébrations. C’est vraiment bien de voir tout le monde de différentes régions du Nord. Le printemps est toujours occupé par les célébrations. Ce sera à Yellowknife à la fin du mois et à Fort Smith après celui-ci », avoue Lila Erasmus, descendue de la capitale, pour l’occasion.

Des participants de partout

Il n’y a pas seulement les Autochtones qui participent aux événements entourant le K’amba Carnival. Un compétiteur d’aussi loin que le Minnesota a pris le départ derrière ses chiens pour les courses en traîneau. « Je suis originaire de Fort Nelson, en Colombie-Britannique mais j’habite au Minnesota depuis 23 ans. Ce n’est pas la première fois que je participe au carnaval. J’aime les très belles pistes ici. La surface est magnifique; dure et rapide », souligne Ed Streemer, musher. Ce dernier a d’ailleurs remporté deux courses lors de son séjour nordique.
Le chef Roy Fabian ne s’en cache pas, la course de traîneau à chiens est son activité favorite du K’amba Carnival : « J’ai grandi avec des meutes de chiens. C’était notre moyen de transport quand j’étais enfant. J’aime vraiment les courses de chiens ».

L’année prochaine, la réserve de K’atlo’deeche fêtera les 30 ans de son populaire carnaval et pour l’instant, rien de spécial n’est prévu, on mise plutôt sur la tradition, assure le chef Fabian.