Chronique Jeunesse : Une expérience captivante

03 décembre 2009
0 Commentaire(s)
Amber O’Reilly de Yellowknife en compagnie de Philippe de Montigny,
l’Honorable ministre de l’Environnement d’Edmonton, et de Lianne Brisebois de la
Colombie-Britannique.

Amber O’Reilly de Yellowknife en compagnie de Philippe de Montigny, l’Honorable ministre de l’Environnement d’Edmonton, et de Lianne Brisebois de la Colombie-Britannique.

En novembre, j’ai participé pour la première fois au Parlement franco-canadien du Nord et de l’Ouest. Ce fut un séjour d’une fin de semaine à Edmonton remplie de débats captivants, de formations, de rencontres et de plaisir. En compagnie de jeunes francophones de 15 à 25 ans de la Colombie-Britannique jusqu’au Manitoba en passant par le Yukon, j’ai reçu des formations parlementaires, participé aux débats sur les six projets de loi et assisté aux activités, qui ne manquaient pas de variété.

Sous le chapeau de Francophonie Jeunese de l’Alberta, le PFCNO a rassemblé environ 85 jeunes à législature albertaine d’Edmonton, du 12 au 15 novembre. L’événement fut axé sur «une simulation parlementaire afin de débattre sur des projets de loi fictifs, mais tout à fait révélateurs de la réalité actuelle que vivent les jeunes de partout à travers le Canada. Pendant ces 3 jours, les participants se sont côtoyés et ont approfondi leurs connaissances sur le fonctionnement du système parlementaire canadien, en plus d’apprendre d’excellentes techniques d’art oratoire. De plus, les participants ont eu l’occasion de créer des liens avec d’autres jeunes francophones qui vivent des situations similaires dans leur province respective. Une expérience enrichissante et valorisante à ne pas manquer!»

Le tout s’est passé comme sur des roulettes, grâce à la bonne planification de FJA. Le fait de siéger dans les vraies chaises des députés de la législature de l’Alberta donnait un sens plus officiel aux débats. J’étais impressionnée par leur qualité et je n’ai pas trop hésité à y participer. En fait, je me sentais relativement confortable de donner mon point de vue et de m’exprimer en chambre. J’ai donc profité de mon droit de parole pour chacun des projets de loi proposés par les ministres et pour plusieurs des amendements qui y ont été faits. La Chambre a adopté:

Le projet de loi C-1 concernant la prestation des serments d’office qui spécifiait que les débats et les résolutions dégagées par le PFCNO n’affecteraient pas le gouvernement du Canada;

Le projet de loi C-3 concernant l’embauche des immigrants au Canada qui facilitait l’intégration du marché de travail pour les nouveaux immigrants;

Le projet de loi C-4 concernant la légalisation de la piraterie sur Internet après y avoir apporté des modifications qui assureraient une distribution égale des profits engendrés par la publicité entre le site Web et l’artiste;

Le projet de loi C-6 concernant la production, la distribution et la consommation d’eau embouteillée qui entre autres, imposait une taxe sur la vente d’eau embouteillée et qui visait la création de programmes de sensibilisation sur l’eau et de conception de bouteilles réutilisables.

 La Chambre a rejeté:

Le projet de loi C-2 concernant l’abolition de la fabrication et de la plantation des produits de tabac qui rendait illégales la plantation et la manufacture du tabac et obligeait les fumeurs à payer une partie de leurs dépenses médicales;

Le projet de loi C-5 concernant le divorce qui limitait l’accès légal au divorce.

De plus, nous avons eu la chance d’assister à la finale canadienne de Rodéo, un gros plus pour moi puisque je fais de l’équitation et que j’adore les chevaux! Je n’avais jamais assisté à un tel événement en personne et j’ai adoré l’expérience. À penser qu’il y a des cowboys assez courageux pour risquer leur vie à monter des taureaux rageurs et des étalons fougueux, ça donne des frissons! La vivacité et la joie des jeunes sont ressorties lors du spectacle de musique traditionnelle et de l’atelier de danse folklorique qui nous ont divertis le samedi soir. La salle était bourrée de jeunes heureux, de musique endiablée et de bonne humeur.

Ce que j’ai préféré de la fin de semaine, par contre, c’était de rencontrer des jeunes d’un peu partout avec lesquels je me suis rapidement liée d’amitié. C’est lors d’événements comme le PFCNO qu’on ressent vraiment la fierté d’être francophone. Le PFCNO 2009 a été une expérience inoubliable et celui de 2010, qui se déroulera à Whitehorse promet de l’être tout autant. Je tâcherai de m’assurer que la délégation des TNO soit des plus grandes et des plus enthousiastes.