École Allain St-Cyr : Une étape de plus de franchie pour 2 élèves francophones

20 juin 2013
1 Commentaire(s)
Sandrine Noël et René O’Reilly sont les deux finissants pour l’année scolaire 2012-2013 de l’école francophone Allain St-Cyr de Yellowknife. Les deux diplômés ont procédé à la coupe officielle du gâteau de leur réussite. (Photo : Noémie Bérubé)

Sandrine Noël et René O’Reilly sont les deux finissants pour l’année scolaire 2012-2013 de l’école francophone Allain St-Cyr de Yellowknife. Les deux diplômés ont procédé à la coupe officielle du gâteau de leur réussite. (Photo : Noémie Bérubé)

Sandrine Noel et René O’Reilly étaient les deux finissants pour l’année scolaire 2012-2013 de l’école Allain St-Cyr de Yellowknife.

 

L’heure était à la réjouissance et à la célébration samedi soir dernier alors que deux élèves de la douzième année de l’école francophone Allain St-Cyr de Yellowknife ont vécu leur bal de finissants.

Sandrine Noël a effectué son primaire au Québec, une partie de son secondaire en Ontario et a complété sa formation académique, soit sa onzième et douzième année à l’école Allain St-Cyr.

Elle a confié avoir aimé son expérience, de l’avoir même préférée à son ancien établissement scolaire où il y avait des centaines d’élèves. « Dans une petite école, nous avons la chance de côtoyer quelques personnes par classe, tu te sens plus rapproché et tu as la chance de connaître chaque personne personnellement », elle a communiqué que cela lui a donné l’impression de former une famille. Si cela était à refaire pour Sandrine Noel, elle a dit ne rien vouloir changer puisqu’elle a beaucoup appris de tous les endroits où elle a habité. « Terminer à Yellowknife m’a permis de m’ouvrir les yeux sur quelque chose que peut-être je n’aurais jamais pu explorer. »
Pour cette dernière, tout lui manquera et elle restera marquée de son passage à Allain St-Cyr.
La jeune femme de 18 ans commencera à l’automne un diplôme collégial en sciences humaines au Cégep de Trois-Rivières pour par la suite étudier à l’université en enseignement au niveau du secondaire.

Pour Normand Noel, le père de Sandrine, il s’agissait d’un choix simple que sa fille poursuive son apprentissage en français à Yellowknife : « C’était clair au départ que le français primerait sur l’anglais pour la langue parlée et écrite, la langue première. »

Le seul finissant masculin fut René O’Reilly, qui, depuis la maternelle, fréquente l’école francophone de la ville. L’adolescent a avoué avoir déjà hésité quant à la fréquentation d’autres écoles : « Il y a eu des occasions où je me suis dit que je devrais quitter, mais je sais aujourd’hui que j’ai fait le meilleur choix. » Ses amis, le fait de pouvoir toujours voir des visages familiers et les enseignants l’ont influencé dans sa décision. Une fois de plus, il a souligné que la familiarité sera ce qui lui manquera le plus. Il a d’ailleurs avoué que cela lui sera étrange de ne pas connaître dorénavant les élèves dans ses cours.

Au cours de la même soirée, il s’est vu attribuer la médaille du Gouverneur général du Canada. Il a laissé savoir que comme cela se jouait entre Sandrine et lui, ils n’en ont pas fait une compétition pour ne pas nuire à l’ambiance de classe.

René O’Reilly commencera à l’automne des études en anthropologie à l’Université de Victoria en Colombie-Britannique.

Quant à Suzette Montreuil, la mère de René, elle n’a jamais senti qu’elle forçait ses enfants à fréquenter l’école francophone. Elle a parlé des moments d’hésitation, mais a renchéri en disant que ce sont eux qui ont finalement le choix, alléguant que cela a fait toute la différence. Elle s’est exprimée : « Il n’y a pas beaucoup d’adolescents qui aiment qu’on les force d’aller quelque part qu’ils n’aiment pas, ils doivent se sentir confortable. » Madame Montreuil s’est dite très fière de son fils et souhaite ses meilleurs vœux aux deux étudiants.

La directrice d’Allain St-Cyr, Yvonne Careen, a commenté le fait que cette année, deux élèves ont été diplômés : « Deux, c’est déjà plus qu’un (…), alors on s’adapte. Les deux finissants de ce soir méritent tous nos applaudissements parce qu’ils travaillent fort. Les deux ont apporté à l’école Allain St-Cyr une franchise certaine puisque les deux nous faisaient savoir ce qu’ils pensaient, en plus de laisser une marque chez les plus jeunes comme modèles pour eux. »


Tous les commentaires (1)

Écrit par Anonyme, 06 juillet 2013, 19 h 53
Félicitation à tout les deux! René, ça fait drôle de te voir tout grand comme ça.... Je travaillais à la garderie comme cuisinière quand tu avais 4 ans...loll encore bravo!