La Semaine nationale de l’immigration francophone : Une diversité qui nous unit

Les membres du réseau d’immigration francophone des TNO vous souhaitent une bonne Semaine nationale de l’immigration francophone.

Du 3 au 9 novembre, le Canada célèbrera la première Semaine nationale de l’immigration francophone. Cette semaine de sensibilisation a pour but de valoriser l’immigration francophone et la diversité au sein de la francophonie. Le gouvernement fédéral a déjà, depuis longtemps, révélé l’importance du potentiel de l’immigration pour l’épanouissement des communautés francophones en situation minoritaire. Par ailleurs, Citoyenneté et Immigration Canada affirme que l’attraction, l’intégration et la rétention d’immigrants d’expression française à l’extérieur du Québec contribuent à l’épanouissement des communautés en renforçant la dualité linguistique canadienne et en augmentant la diversité des communautés, des provinces et des territoires. De là, il est aisé de défendre le lien inaliénable entre l’immigrant d’expression française et la vitalité des communautés francophones des TNO. Une diversité qui nous unit est donc un slogan révélateur de cette vitalité.

Par ailleurs, la Fédération franco-ténoise et le réseau d’immigration francophone des TNO désire remercier le maire, Monsieur Mark Heyck, ainsi que le conseil municipal pour leur support en proclamant le 3 au 9 novembre 2013 semaine nationale de l’immigration francophone à Yellowknife.

La Semaine nationale de l’immigration francophone est une initiative de la Fédération des communautés francophones et acadiennes du Canada (FCFA) et des Réseaux en immigration francophone, rendue possible grâce à l’appui financier de Citoyenneté et Immigration Canada.

Pour plus de renseignements concernant le Réseau d’immigration des TNO ou du Centre d’accueil francophone d’immigration veuillez contacter : Nicolas Carrière, Coordonnateur immigration francophone - immigrationtno@franco-nord.com - 867-920-2919 poste 262.

Pour plus de renseignements concernant la Semaine nationale de l’immigration francophone, veuillez consulter le site de la FCFA : http://immigrationfrancophone.ca


Tous les commentaires (1)

Écrit par Anonyme, 01 novembre 2013, 13 h 58
Parce qu’aucune muraille ne sépare les communautés de langue française --------------------- Depuis plusieurs années déjà, je suis frappé par l’engagement dont font preuve les Canadiens francophones à l’égard d’une langue française que, en Belgique et en France, nous considérons avec trop de détachement ; tout occupés que nous sommes à ouvrir toutes grandes les portes à de multiples formes d’anglicisation. Le semis de termes anglais dont les milieux économiques et médiatiques épicent leur conversation ou encore les terres scientifiques largement conquises par la langue anglaise sont pourtant encore loin d’avoir relégué la langue française dans les musées. Ou plutôt « les » langues françaises. Cette diffusion d’une langue française qui réunit quand même de nombreux pays en Europe, en Afrique, en Asie, en Amérique… m’incite aussi à croire que des initiatives méritent d’être développées pour établir des passerelles linguistiques, culturelles, économiques… entre tous ces pays parlant une même langue, avec parfois des nuances importantes. C’est la raison pour laquelle, davantage encore qu’Euromed Confluences, « Confluences Métisses » élargit ses activités d’écriture, d’information et de communication à l’ensemble du territoire francophone. C’est aussi la raison pour laquelle, nous développons une forme d’interprétariat français/français, prenant en compte cette « diversité qui nous unit ». Un outil indispensable pour lever les barrières que, parfois, on subit à travers de la langue française elle-même. Dans cet ordre d’idées, la « Semaine nationale de l’immigration francophone » révèlera sans aucun doute l’union des francophones dans leur diversité. Non pas une union conçue comme une protection contre d’éventuelles incursions extra-francophones mais une union permettant l’épanouissement des relations économiques, culturelles et linguistiques. Un véritable outil dont ne disposent assurément pas celles et ceux qui, au-delà de la méconnaissance les uns et des autres, doivent encore surmonter des murailles bien moins évidentes à abattre que les petites barrières séparant les communautés de langue française. Alain Trémiseau