Ville de Hay River : Une débâcle en douceur cette année

11 mai 2012
0 Commentaire(s)
Photo: Virginie Bouchard

Photo: Virginie Bouchard

Les températures clémentes des semaines passées ont permis une débâcle plutôt calme de la rivière au Foin.

Mère nature a prouvé, une fois de plus, qu’elle était imprévisible. Le mercredi 2 mai dernier, la rivière au Foin s’est défaite de son embâcle pour emporter ses glaces vers le Grand lac des Esclaves. La rivière, qui s’est complètement libérée dimanche, n’aura causé aucun dégât cette année. Le porte-parole de la ville pour l’événement, Kevin Wallington, est satisfait de la façon dont le tout s’est déroulé.
« La débâcle s’est très bien passée. La rivière était vraiment “apprivoisée” comparée aux années passées », explique-t-il.
Il faut également mentionner que la municipalité n’a pas lésiné sur les moyens à prendre pour parer à d’éventuelles inondations. La décision d’enlever la pression causée par la glace, d’est en ouest, sur la rivière a certainement porté ses fruits.

De plus, deux facteurs importants ont favorisé une débâcle en douceur.
« La chaude température a assurément aidé à détériorer la glace, mais la raison la plus importante, c’est qu’il n’y avait pas beaucoup de glace venant des cours d’eau du Sud », confirme Kevin Wallington.
Ainsi, aucun endroit de la ville n’a été touché par des inondations comme ce fut le cas lors de débâcles imposantes. Plusieurs bénévoles ont participé à la surveillance de la rivière au moyen de caméras et de capteurs.
Toutefois, la débâcle 2012 aurait pu causer davantage de dégâts en raison des morceaux de glace accumulés en bordure de la rivière : « Nous avons été très chanceux d’avoir eu un léger dégel malgré la crête de pression tout près », précise M. Wallington.
Il n’y aura donc aucune inondation cette année, au grand bonheur des résidents et des bénévoles, qui en ont profité pour se mouiller un peu dans la rivière.

La ville s’attendait au pire, qui n’est finalement pas arrivé. Cependant, Kevin Wallington soutient qu’il faut profiter de ce répit pour commencer à préparer la prochaine débâcle.
« Ce que nous avons appris, c’est que mère Nature, encore une fois, est imprévisible. Nous n’avons pas le contrôle sur la rivière. Nous devons attendre et regarder ce qu’elle va faire », affirme-t-il.

Toutes les données et les opérations sur la rivière au Foin seront compilées dans un rapport élaboré par l’administration de la ville. Elles serviront de guide pour les futures administrations en ce qui concerne la gestion des débâcles à venir.