Gahcho Kué : Une carotte de diamants qui rapporte

Les invités à l'ouverture officielle de Gahcho Kué le 20 septembre dernier. Au centre, Albert Boucher de Lutsel K'e fait une offrande de tabac lors de la cérémonie du feu. (Gracieuseté : De Beers Canada)

Les invités à l'ouverture officielle de Gahcho Kué le 20 septembre dernier. Au centre, Albert Boucher de Lutsel K'e fait une offrande de tabac lors de la cérémonie du feu. (Gracieuseté : De Beers Canada)

Gahcho Kué signifie « l'endroit des gros lapins », en chippewyan. Un terrier de 1200 hectares à 280 km du nord-est de Yellowknife. La plus grosse mine de diamants à être construite depuis 13 ans, inaugurée à la mi-septembre.

Pourquoi extraire des diamants? « Les gens y sont encore très attirés. La demande risque de dépasser les ressources disponibles, d'ici 2020. Nous sommes à court de grandes mines. Un diamant, c'est un attachement émotionnel envers un trésor de la nature, de plus d’un milliard d'années », rapporte Tom Ormsby, des affaires générales et externes chez De Beers Canada.
La découverte du site de kimberlites - formations rocheuses qui contiennent des diamants - de Gahcho Kué a eu lieu en 1995 par Mountain Province Diamonds, avec qui De Beers Canada a signé un partenariat en 1997. Et puis, deux autres sites ont été décelés. « On a été limité par les saisons et les températures extrêmes, en plus de l'accès aux sites, avant de pouvoir confirmer que c'était une mine viable », déclare le directeur aux affaires générales et externes.
Après 3 ans de construction, la production a commencé au début du mois d'août dernier. Un impact de 440 millions de dollars pour l'économie territoriale jusqu'à maintenant. Les prévisions économiques s'élèvent à 5,7 milliards aux Territoires du Nord-Ouest pour tout le cycle de vie de la mine, qui est estimé à 12 ans. Le volume de diamants extraits se chiffre à 4,5 millions de carats par année.

Répercussions et avantages
Des ententes sur les répercussions et les avantages ont été signées avec six communautés des environs. Celles-ci comprennent des opportunités de formations et d'affaires ainsi qu'un programme de gestion environnementale. Les ententes décrivent également comment les différents acteurs y seront impliqués. Sur les six communautés, quatre d'entre elles figuraient sur les ententes de la mine Snap Lake, suspendue en 2015.
De Beers Canada n'a pas révélé les enjeux environnementaux désignés par les communautés, mais a affirmé que ceux-ci étaient notés dans un examen des répercussions environnementales. Un document de 15 000 pages, qui comportent les solutions devant être établies. La gestion des eaux fait partie de la liste. Au lac Kennady, des digues ont dû être mises en place pour drainer l’étendue d’eau où l'exploitation est effectuée. 3200 Kg de poissons ont été récoltés lors de ce drainage et ont été remis aux communautés.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.