Pont Deh Cho : Une année de construction en plus

30 juillet 2009
0 Commentaire(s)
Kevin McLeod et le plan du pont du Deh Cho. (Photo : Maxence Jaillet)

Kevin McLeod et le plan du pont du Deh Cho. (Photo : Maxence Jaillet)

Le ministère des Transports ténois estime que le pont sera opérationnel en 2011.

 

La fin des travaux de construction du premier pont qui traversera le fleuve Mackenzie est maintenant prévue pour l’année 2011. C’est ce que le ministère des Transports des TNO ainsi que son partenaire le Deh Cho Bridge Corporation (DCBC) ont annoncé lors d’une conférence de presse « technique », ce mardi 28 juillet à Yellowknife. Alors que l’infrastructure de 170 millions de dollars était originellement planifiée sur trois saisons de constructions, elle s’étalera dorénavant sur quatre années.

Selon Kevin McLeod, responsable du système routier au gouvernement des TNO, ce retard n’a pas été occasionné par la récente dispute entre le DCBC et son principal entrepreneur Atcon Construction. L’élongation des travaux fait plutôt suite à la réévaluation du design du projet qui n’a jamais été coulé dans le béton. « Nous prenons les décisions (de construction) avec les informations que nous avons sur le moment », justifie le fonctionnaire.

Le concept de cette structure de 1,2 km ne change pas vraiment, les améliorations reposent principalement sur des détails techniques concernant la fixation des câbles de suspension et la composition de certains matériaux qui amélioreront l’efficacité du projet au stade de la construction et rendra plus facile la maintenance du pont situé à quelques kilomètres de Fort Providence. Suite à cette révision indépendante du projet, le GTNO attend un rapport pour la fin de l’année 2009 finalisant les plans de ce pont à haubans.

 

Huit piliers dans l’eau en 2009

 

Outre l’interruption des travaux observée pendant une semaine en début de saison de construction, le conflit entre le principal entrepreneur Atcon et Ruskin un de ses sous-traitants n’entraînera pas de retard dans l’implantation des quatre derniers piliers sur la rive nord du Mackenzie. Atcon est toujours sensé usiner ces appuis intermédiaires métalliques pour qu’ils soient ancrés dans le lit du fleuve avant la fin de la saison de construction 2009. Andrew Gamble a confirmé que les huit piliers resteraient de couleur rouille, car c’était la couleur originale du métal et que pour des raisons environnementales et de maintenance aucune peinture n’allait recouvrir ces appuis plongés dans le fleuve.

Par rapport au conflit entre les deux compagnies non ténoises, le seul changement majeur ayant transpiré de la séance d’information organisée par le ministère des Transports est que la compagnie Ruskin travaillerait directement pour DCBC et non plus comme sous-traitant pour Atcon. Ruskin assurera dorénavant l’aménagement des bretelles d’accès au pont qui était jusqu’à maintenant confié à une compagnie de Hay River, Rowe’s Construction.

 

Pas de différence dans le budget final

 

Andrew Gamble estime que la baisse des prix des matériaux et les améliorations des plans de construction permettront aux changements apportés de ne pas gruger le reste des fonds disponibles sur le compte pour éventualités établi à 10 millions de dollars au début du projet. « Trois millions ont déjà été utilisés sur ce compte pour éventualités, on peut rajouter à cela 5,5 millions qui couvriront les coûts relatifs aux délais d’un an, mais les changements apportés aux plans ne devraient pas consommer le reste de ce fond », atteste-il, confirmant que le budget total ne devrait pas changer.

Ce retard d’un an ne fait que repousser le moment où le pont cessera d’être opéré par le DCBC. Si le ruban est effectivement coupé en 2011, le GTNO deviendrait l’unique exploitant du pont Deh Cho en 2046, soit 35 ans plus tard. Le futur lien routier rattachant la capitale ténoise au reste du réseau canadien a une durée de vie prévue de 75 ans. Pour l’instant, il est toujours prévu que seule la circulation commerciale soit soumise à un péage s’élevant à six dollars la tonne.