Prix littéraire : Une Franco-ténoise encore en lice

10 septembre 2015
0 Commentaire(s)
Mélanie Daigle et son récit sur le Grand Nord font partie de la liste préliminaire des Prix du récit Radio-Canada. (Crédit photo : carophoto.ca)

Mélanie Daigle et son récit sur le Grand Nord font partie de la liste préliminaire des Prix du récit Radio-Canada. (Crédit photo : carophoto.ca)

Dans quelques jours, Mélanie Daigle saura si elle fait partie des lauréats des prix littéraires Radio-Canada.
 

Cinq récits seront récompensés au cours du mois de septembre dans le cadre des prix du récit Radio-Canada 2015 et Mélanie Daigle, de Yellowknife, pourrait faire partie des finalistes. Son texte Le bien, le mal et tout ce qu’il y a entre les deux est l’un des 31 récits sélectionnés parmi plus de 600 reçus pour cette cuvée 2015 des prix littéraires Radio-Canada.

Son histoire raconte une de ses aventures au Nunavik. Une marche sensorielle entre l’étendue blanche et le poids de la noirceur. « En l’absence de tout, je me suis laissé fondre dans ce silence absolu et la seconde où mes oreilles ont perçu ce grand vide auditif, elles se sont mises à bourdonner. Un bourdonnement si fort que j’en fus étonnée. Le silence était tellement silencieux qu’il en était bruyant. »

Mélanie Daigle qui dans les années 2000 a enseigné à l’école d’Inukjuak explique que dans ce vaste espace nordique « c’est le Noir le plus lourd », le plus bouleversant. Elle dit que ce soit à Yellowknife ou à Inukjuak, l’écriture lui permet d’ajouter un peu de soleil à ses hivers.

Cette histoire, elle l’a écrit depuis des années. L’auteur reconnait que le processus créatif prend du temps et qu’elle est contente d’avoir perfectionné ce texte qu’elle avait laissé sur son ordinateur trop longtemps. Elle se sent honorée que sa participation à ce concours ait atteint la liste préliminaire. « C’est agréable de savoir qu’il y a des gens qui lisent ce qu’on écrit », explique-t-elle.

Originaire de Moncton, Mélanie Daigle est enseignante à l’école J.H. Sisson à Yellowknife. Mais cette année, elle n’a pas fait la rentrée alors qu’elle mène à bien son congé de maternité. Elle désire profiter de cette étape pour rédiger d’autres idées qu’elle mijote depuis qu’elle réside aux TNO. « J’enseigne à la première année, et c’est une année où beaucoup d’enfants perdent des dents. J’ai un petit livre à écrire sur ce sujet », partage celle qui a publié deux albums jeunesse chez Bouton d’or Acadie et deux romans jeunesses aux éditions du Phoenix.

Les noms des finalistes de ce concours seront dévoilés le 14 septembre 2015 et celui du gagnant, le 21 septembre 2015. Le texte lauréat sera publié dans le magazine enRoute et son auteur sera invité en résidence d’écriture au Centre Banff, en Alberta.