Chronique littéraire : Un « roman personnel » finement architecturé

« Bonsoir. Je m’appelle Michel Normandeau et je vais vous raconter une histoire… » Voilà la dernière ligne de Dis-mos, Lily-Marlène, le « roman personnel » de Michel Normandeau. En plus d’être l’auteur, Normandeau figure parmi les principaux personnages. J’ai rarement lu un roman autobiographique aussi finement architecturé.
En allemand, en anglais ou en français, la chanson « Lily-Marlène » a marqué la vie d’une foule de soldats durant la Seconde Guerre mondiale et a ponctué toutes sortes d’histoires d’amour. Elle a poussé Michel Normandeau (membre fondateur du groupe Harmonium) à se lancer à fond dans une recherche lui permettant de trouver « sa » Lily-Marlène.
La Lily-Marlène du roman est la fille de la Française Victorine, conjointe du grand-père québécois de Michel Normandeau. Quand il la rencontre à Mayence (Allemagne), il est tout de go séduit par cette femme « belle comme une Québécoise, élégante comme une Française, intrigante comme une Praguoise, provocante comme une Chilienne, bohème comme une Californienne, racée comme une Allemande ».
Dis-moi, Lily-Marlène est un roman où une mère (Victorine) cherche à être libre du temps passé et, du coup, à rendre sa fille (Lily-Marlène) libre du temps à venir. Pendant dix jours et dix nuits, la mère rédige une lettre de 81 pages qu’elle remet à sa fille de 21 ans, au moment où cette dernière brise les ponts.
Dans cette longue missive, Victorine étale les erreurs, les faiblesses et les non-dits qui ont hanté sa vie de mère. Nous voyageons dans le temps, de la Seconde Guerre mondiale aux années 2000, et dans trois pays : France, Allemagne, Canada. L’auteur tisse « harmonieusement » le passé et le présent pour nous montrer comment une personne peut chercher à être libre du temps passé et, du coup, à rendre quelqu’un libre du temps à venir.
C’est chose bien connue, «il n’y a pas de famille qui ne possède pas son lot de secrets». Ils sont nombreux ici, à commencer par la naissance de Lily-Marlène. Est-elle vraiment le fruit d’un viol commis par un soldat sous l’Occupation allemande en France ou plutôt le résultat d’une passion, voire d’un amour interdit…?
Normandeau excelle non seulement dans l’art de tisser le passé et le présent, il réussit avec brio à faire s’entrecroiser le mensonge et la vérité. Même quand la guerre prend fin, les horreurs peuvent encore persister. Il est plus facile de nier la vérité que de vivre avec l’opprobre de sa conduite.
Ce roman offre tour à tour des scènes dramatiques, des analyses psychologiques, des envolées poétiques et des passages historiques. Peu importe le ton adopté, l’auteur fait preuve d’une égale maîtrise.
J’ai mentionné que Michel Normandeau a été membre fondateur du groupe Harmonium (1972-1978). La musique demeure toujours sa meilleure amie ; il a récemment donné un spectacle intitulé Mademoiselle de Paris à Gatineau et à Montréal. La musique est « omniprésente, chaleureuse et amoureuse » dans la vie de Lily-Marlène. Le littéraire et le musical font bon ménage, avec le résultat que le roman devient lui aussi chaleureux et amoureux.

Michel Normandeau, Dis-moi, Lily-Marlène, roman, Ottawa, Éditions David, 2016, 412 pages, 27,95 $.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.