Commissariat aux langues : Un rapport qui n'en est pas un

26 juin 2014
0 Commentaire(s)

Dépôt de rapports en retard et lacunaires

Le Rapport 2012-2013 du Commissariat aux langues des TNO n'est pas vraiment un rapport et discrédite grandement la fonction. C'est ce qu'a déclaré le président de la Fédération franco-ténoise, Richard Létourneau.
Les rapports officiels du Commissaire aux langues des Territoires du Nord-Ouest pour 2011-2012 et 2012-2013 ont été respectivement rendus publics les 5 et 4 juin derniers, avec 20 mois de retard pour le premier et huit mois de retard pour le second. Le rapport 2012-2013 comporte quatre pages : deux blanches, une en français et l'autre en anglais. Il n'est pas signé et L'Aquilon n'a pas été en mesure de savoir s'il était bien de la main de l'ancienne mandataire, Sarah Jerome; ni le ministre de l'Éducation, de la Culture et de la Formation, Jackson Lafferty, ni le président de l'Assemblée législative — duquel relève la commissaire — , Jackie Jacobson, n'ayant rendu nos appels. Le rapport mentionne que la commissaire Jerome a participé à une campagne de publicité à la radio par des locuteurs autochtones et organisé une journée portes ouvertes pendant le mois des langues officielles, en plus de ses activités, devoirs et responsabilités au quotidien (non précisées). Autrement, l'essentiel du rapport consiste dans la présentation, sans précisions, du budget opérationnel, qui se termine avec un déficit de 2 034,14 $ sur un budget de 315 000 $. Il y manque des statistiques, déplore Richard Létourneau, des informations sur les décisions, les plaintes et les enquêtes, alors que nous savons qu'il y a eu au moins une plainte concernant le manque de services en français à la Société d'habitation de Yellowknife. L'actuelle commissaire aux langues des TNO, Snookie Catholique, a déclaré la semaine dernière ne pas avoir lu le rapport. À ces éléments minant la crédibilité du Commissariat s'ajoute le fait que son site Internet est depuis plusieurs semaines victime de hackers et est rempli de publicités.

Autres réactions
« Le rapport 2012-2013 et le problème du site Internet, assure Richard Létourneau, seront à l'ordre du jour de la prochaine rencontre du comité de coopération que forment la FFT et le GTNO. » Le président de la FFT indique que son organisme considère que le rôle du commissaire aux langues est sérieux et important. « Nous demandons depuis des années, dit-il, que le poste soit occupé à temps plein, par quelqu'un parlant français, ou à tout le moins ayant un adjoint parlant français, afin que les plaintes puissent être traitées adéquatement. Cela donnerait plus de crédibilité au Commissariat. Nous voulons qu'il fasse preuve de leadership en faisant le suivi des dossiers, en menant des enquêtes. »
Le président de la FFT rappelle que Snookie Catholique a tenu à rencontrer la FFT lorsqu'elle est entrée en fonction. Elle s'est, dit-il, mise en contact avec le commissaire aux langues au niveau fédéral pour qu'il l'aide à comprendre la nature de sa tâche et avait une attitude positive. « Nous espérons, de dire Richard Létourneau, que les rapports de Snookie Catholique seront plus étoffés. »
Pourquoi le rapport de la commissaire aux langues 2012-2013 est-il aussi ténu? La réponse est peut-être dans le rapport précédent, où Sarah Jerome déplore n'avoir jamais reçu de réponse officielle à ses recommandations. Elle ajoute : « L'inertie permanente de l'Assemblée législative à l'égard des recommandations antérieurement soumises par les différents commissaires aux langues compromet le rôle même du Commissariat. » Le cynisme peut-on supposer, se sera installé.