Tourisme : Un plan stratégique pour Hay River

17 mai 2012
0 Commentaire(s)
Avec l’arrivée d’un nouveau plan de développement touristique, la ville de Hay River pourrait être appelée à modifier son logo. (Photo : Virginie Bouchard)

Avec l’arrivée d’un nouveau plan de développement touristique, la ville de Hay River pourrait être appelée à modifier son logo. (Photo : Virginie Bouchard)

Lors de la Semaine nationale du tourisme, la ville de Hay River s’est vu présenter son nouveau plan de tourisme. Un recueil d’idées qui n’attendent qu’à être développées.

Le plan de développement touristique de Hay River arrive à temps pour la Semaine nationale du tourisme. Un des acteurs de ce schéma, Matt Kerswill de l’Université de Waterloo, en Ontario, est venu expliquer le résultat de ses recherches devant la mairie et le comité récréatif. Cela faisait plus de dix ans – le dernier plan datant de 1999 – que la ville n’avait pas repensé ses stratégies pour attirer les touristes. L’ébauche dévoilée propose des actions à accomplir sur une période quinquennale, au bout de laquelle Hay River aura augmenté son nombre de touristes.
« Je sais que la ville a priorisé le tourisme dans son budget et on m’a demandé de fournir un plan touristique. Je pense qu’il y a un besoin dans la collectivité », affirme Tammy Buchanan, directrice des loisirs et des services communautaires.
Le plan de 1999 renfermait beaucoup d’objectifs, trop vastes et nombreux peut-être, dont la plupart n’ont pas été accomplis. C’est pourquoi l’administration a fait appel à l’Université de Waterloo. Le schéma de développement met l’accent sur différents axes sur lesquels la ville devrait miser, soit sa proximité des cours d’eau, le Grand lac des Esclaves, la rivière au Foin, les chutes Alexandra et Louise, le développement de sa marina, l’accueil de la collectivité et la vente de produits touristiques.

Pour atteindre ces objectifs, la ville de Hay River devra offrir un meilleur accueil touristique dès l’arrivée à l’aéroport, établir des partenariats avec la réserve autochtone de Katl’odeeche et miser sur ses marques de commerce déjà en place, comme c’est le cas pour la télé-réalité Pilotes des glaces. Avant toute démarche, toutefois, le conseil municipal doit approuver le plan de développement touristique qui a été présenté.
« Si les conseillers approuvent le plan, comme je le souhaite, nous évaluerons les étapes à venir. Nous suivrons donc les phases du projet, année après année », précise Mme Buchanan.

Le tourisme aux TNO

L’industrie du tourisme dans le Nord ressemble très peu à celle des autres provinces. Les touristes internationaux visitent davantage la capitale territoriale et peu les collectivités avoisinantes. C’est pourquoi l’organisme Tourisme TNO a lancé une récente initiative lors des célébrations de la Semaine nationale du tourisme. Jusqu’alors, un tournoi de golf avait lieu à Yellowknife afin de souligner les efforts des artisans de l’industrie. À partir de l’année prochaine, ce tournoi de golf se promènera dans les différentes collectivités des Territoires du Nord-Ouest. De plus, Tourisme TNO organise plusieurs campagnes publicitaires pour attirer les touristes dans le Nord. Bien que l’organisation attende présentement les données de l’année dernière, elle est certaine qu’il y aura des retombées en 2012.
« Nous espérons que les campagnes que nous avons faites récemment vont se traduire par un plus grand nombre de visiteurs », mentionne Brian Desjardins, directeur général de Tourisme TNO. La page créée par l’organisme a obtenu à elle seule plus de 2000 adhérents, une belle réussite selon ce dernier.
Si certains aspects du Nord connaissent déjà leur renommée – les aurores boréales, la pêche sur glace, le traîneau à chiens – d’autres restent encore à développer.
« Nous devons mettre l’accent sur nos icônes et aussi sur la culture autochtone et son aspect touristique. Nos cours d’eau et nos parcs sont également importants », précise M. Desjardins.

Enfin, le ministre de l’Industrie, du Tourisme et de l’Investissement, David Ramsay, a rappelé que le tourisme est une part importante de l’économie des Territoires du Nord-Ouest et qu’il contribue à la croissance de la région.