Arts : Un plan pour cinq ans

01 mai 2014
0 Commentaire(s)
« Nous devons trouver une façon d'équilibrer nos encouragements aux maîtres, aux artistes émergents et aux autres, affirme le coprésident du CDATNO, Ben Nind. »

« Nous devons trouver une façon d'équilibrer nos encouragements aux maîtres, aux artistes émergents et aux autres, affirme le coprésident du CDATNO, Ben Nind. »

Le Conseil des arts aimerait centraliser l'enveloppe budgétaire des arts.
 

Le Conseil des arts des Territoires du Nord-Ouest a rendu public le 28 avril dernier son tout premier plan stratégique en 29 années d'existence.
La stratégie 2014-2015, selon le coprésident du CDATNO, Ben Nind, tient compte dans les grandes lignes de la consultation des artistes ténois qui a eu lieu il y a quelques mois. Ses axes principaux sont le renforcement du rôle du Conseil des arts et de son efficacité, un meilleur soutien aux artistes et aux organisations artistiques. Les moyens pour y parvenir n'ont toutefois pas encore été déterminés. En entrevue, le coprésident du CDATNO, Ben Nind, a spéculé sur les avenues qui pourraient être explorées. « Nous devons, dit-il, raccourcir les délais pour l'attribution des bourses, qui peut prendre jusqu'à six mois. La solution serait peut-être d'avoir deux dates butoir par année. Nous devrons aussi travailler pour rendre les formulaires plus simples et efficaces. »
Le partage conséquent de l'enveloppe budgétaire du CDATNO à l'échelle territoriale est également dans la ligne de mire du Conseil. « Il y a, de souligner Ben Nind, des collectivités où nous savons qu'il y a des artistes, mais dont nous ne recevons jamais de demandes de subvention. Pour les rejoindre, nous pourrions adopter un projet-pilote lancé par le Conseil des arts de l'Ontario dans le nord de cette province. Les gens peuvent faire une demande par vidéo, en se servant d'un cellulaire ou d'une caméra. Il ne reste plus qu'à ajouter un fichier pour le budget. »

Centralisation
Cinq ministères et organismes territoriaux financent différentes facettes des arts. Selon Ben Nind, plusieurs artistes sont rebutés par la confusion résultant de cet éparpillement et demandent un guichet unique. Cette option fera, selon le coprésident, l'objet de négociations avec les acteurs dans ce dossier; il croit qu'avec son expertise, le CDATNO pourrait constituer ce guichet avec une plus grande rapidité de traitement que les ministères.
Le CDATNO songe à réexaminer son soutien aux artistes. « Nous existons depuis 29 ans et c'est notre premier plan stratégique, observe Ben Nind. Or, les arts ont changé aux TNO en 29 ans. C'est plus dynamique, il y plus d'artistes et davantage de variétés. Nous devons trouver une façon d'équilibrer nos encouragements aux maîtres, aux artistes émergents et aux autres. » Il est, finalement, dans les objectifs de l'organisme de diversifier ses sources de financement plutôt que de s'en remettre uniquement aux subsides gouvernementaux.
Le CDATNO s'est donné cinq ans pour atteindre ses objectifs. Un échéancier avec les mesures entreprises pour rejoindre les cibles devrait être ultérieurement disponible sur le site Internet de l'organisme.
Lors du sondage, 80 % des 145 répondants ont répondu que le mode de fonctionnement du jury devrait rester tel quel. Les six membres sont nommés pour deux ans, mandat qui est renouvelable par le Conseil de direction des TNO. Ils représentent les régions. Contrairement à ce qui se passe généralement dans d'autres provinces, les demandes de subvention ne sont jugées par des pairs du demandeur. Certaines personnes ont mis en doute le processus nominatif, qui ouvre la porte à des ingérences politiques. D'autres ont souligné qu'une demande de subvention doit être jugée par quelqu'un travaillant dans la même discipline artistique, le jury n'ayant autrement aucune compétence.
Ben Nind balaie ces récriminations. Les recommandations pour la formation du Conseil des arts viennent des régions, dit-il, le Conseil de direction ne fait que les approuver. Quant à la composition du jury, il ne voit pas de problème à une composition régionale. Il affirme que le Conseil des arts des Territoires du Nord-Ouest est un des rares conseils au Canada à examiner toutes les demandes. « Quand nous avons fini nos rencontres nous, connaissons tous les projets. Nous demandons au jury ce qu'ils pensent des demandes; il y a de la place pour l'introspection et la recherche. (...) Mais nous pourrions un jour inclure des pairs venant de l'extérieur. »
Au moment de mettre sous presse, les représentants des organismes culturels des TNO n'étaient pas disponibles pour commenter le Plan stratégique.