Rencontre des premiers ministres : Un nouveau ton

06 février 2004
0 Commentaire(s)
Pour les Territoires du Nord-Ouest, les 2 milliards de dollars additionnels prévus par le premier ministre Paul Martin en santé signifient 2,6 millions de dollars de plus. « Ce n’est pas beaucoup d’argent et ça ne vient même pas près de satisfaire nos besoins financiers », a commenté le premier ministre ténois, Joe Handley.

Selon ce dernier, pour la distribution de cet argent, Ottawa se basera sur la même formule basée sur le pourcentage de la population. « Je ne pense pas que les premiers ministres s’attendaient vraiment à plus. La vraie réponse, pour les problèmes de santé, passe par une réforme nationale. Ce qui coûte cher, ici, ce sont les médicaments, l’embauche des médecins et les voyages médicaux. Il y a peut-être moyen de faire les choses différemment pour que ce ne soit pas si cher. Ça peut aussi être une augmentation du nombre de médecins au Canada », fait savoir Joe Handley.

Les premiers ministres se sont entendus, lors de leur rencontre du 30 janvier, pour que les ministres de la Santé et les ministres des Finances des provinces se réunissent pour élaborer une stratégie pour une réforme du système de santé. « Paul Martin s’est engagé à revenir rencontrer les premiers ministres durant l’été pour avoir une réunion qui donnerait des directions à la santé et à sa réforme », continue M. Handley.

Au cours de son tête-à-tête avec Paul Martin, Joe Handley a abordé les sujets de l’heure aux Territoires du Nord-Ouest, dont les problèmes reliés à la formule de financement pour les TNO. « Le dossier a ralenti quelque peu au cours des dernières semaines à cause des transferts de gouvernement. Cependant, le premier ministre s’est montré d’accord pour étudier la question et remettre le dossier sur sa voie avec l’intention de résoudre le problème avant la fin du mois de mars ».

Les deux premiers ministres se sont aussi entendus sur le fait que la solution à long terme pour les problèmes financiers du gouvernement territorial passait par le transfert des pouvoirs et le partage des revenus provenant des ressources naturelles. M. Martin aurait fait savoir à Joe Handley qu’il avait appuyé la dévolution et le partage des revenus en tant que ministre des Finances et qu’il poursuivrait dans cette voie à titre de premier ministre.

Le nouveau ministre des Affaires indiennes et du Nord Canada, Andy Mitchell, a aussi fait savoir à Joe Handley qu’il entendait apposer sa signature à l’Entente-cadre qui a déjà été signée par le gouvernement territorial et le Sommet autochtone.

Malgré ce que laissait entendre un article de la Presse canadienne, à l’effet que M. Handley avait demandé le statut de province pour les TNO, ce n’est pas le cas. « J’ai parlé d’assumer plus de pouvoirs et de responsabilités semblables à ceux des provinces. Nous avons parlé de dévolution. Nous ne parlions pas de devenir une province », précise le premier ministre.

Enfin, Joe Handley a mentionné l’importance, pour le Nord, de faire l’objet d’une approche stratégique élargie en terme d’investissement pour le gouvernement fédéral. « Pour l’instant, nous fonctionnons avec un financement à la pièce. On nous donne un peu d’argent pour l’infrastructure, un peu pour les routes, d’autre argent pour les programmes sociaux. Nous avons besoin de voir le développement du Nord à partir d’un angle plus global ».

Le discours du Trône de Paul Martin, présenté le 2 février dernier, évoquait justement l’élaboration d’une stratégie pour le développement du Nord canadien.