Industrie minière : Un ministre à la mine

16 août 2012
0 Commentaire(s)

Le ministre de l’Industrie, du Tourisme et de l’Investissement, David Ramsay, rentre tout juste d’une tournée dans six régions dans la circonscription du Nehendeh à l’extrême ouest des TNO. Il a notamment visité la mine de Prairie Creek, dans la réserve de la rivière Nahanni.

La compagnie Canadian Zinc s’apprête à élargir, une fois de plus, le périmètre de la mine Prairie Creek située dans la réserve de parc national du Canada Nahanni. Le ministre David Ramsay a eu l’occasion d’entrer sur le chantier minier pour une première fois.
« La visite s’est très bien déroulée. Nous étions accompagnés des gens de Canadian Zinc et du grand chef de la réserve », explique M. Ramsay.
Le projet d’agrandissement permettra d’extraire du zinc, du plomb et de l’argent d’une valeur estimée à 2,5 milliards de dollars. Le ministre de l’Industrie, du Tourisme et de l’Investissement a assuré entretenir de bonnes relations avec la compagnie minière et développer des ententes économiques fructueuses. Le ministre Ramsay a de plus précisé que de ce qu’il en savait, Canadian Zinc et la réserve de Nahanni entretenaient de bons liens.
« Si l’on s’attarde aux occasions d’emploi et d’affaires, le projet créera 220 emplois dans une des régions des Territoires du Nord-Ouest qui en a le plus besoin », a-t-il affirmé.
David Ramsay s’est dit content d’avoir constaté lors de sons passage la présence de jeunes Autochtones en formation sur le site de Prairie Creek. Le projet aura un impact économique important sur la région du Dehcho, dont certaines collectivités subissent jusqu’à 45 % de chômage actuellement.
« L’activité de la mine aidera à réduire ce taux d’inemploi. Je suis impatient de voir le projet aller de l’avant. Cela va diversifier le portfolio minier des TNO », ajoute-t-il.
En effet, depuis les dernières années, les Territoires sont davantage reconnus pour leurs exploitations diamantifères que pour les métaux.

Aucun danger écologique
Un projet minier d’une telle envergure dans un parc national peut susciter quelques interrogations d’ordre environnemental, ce à quoi répond le ministre Ramsay : « Canadian Zinc a respecté le processus réglementaire et la compagnie répond aux critères environnementaux ».
En effet, le ministre des Affaires autochtones et du Développement du Nord, John Duncan, mentionne dans une lettre rendue publique adressée à l’Office d’examen des répercussions environnementales de la vallée du Mackenzie, datant du 8 juin dernier : « qu’un examen environnemental supplémentaire n’était pas nécessaire et qu’il était peu probable que le projet cause des impacts écologiques ou fasse l’objet d’intérêts publics ».

Canadian Zinc achète Paragon
La compagnie propriétaire de la mine Prairie Creek a récemment fait l’acquisition de l’entreprise Paragon Minerals, présente en Ontario et à Terre-Neuve. L’entente conclue le 31 juillet dernier permettra aux actionnaires des deux compagnies de se partager les parts de profit. Cette fusion aurait pour but de faire croître Canadian Zinc parmi les importants producteurs de métaux de l’Amérique du Nord. C’est ce qu’a affirmé le président directeur de Canadian Zinc, John Kearney, au Northern Journal.