Éducation sexuelle : Un million pour FOXY

18 décembre 2014
0 Commentaire(s)
Deux des responsables de FOXY, Mackenzie Zouboules
et Nancy MacNeill. (Denis Lord)

Deux des responsables de FOXY, Mackenzie Zouboules et Nancy MacNeill. (Denis Lord)

Le programme sera étendu dans les autres territoires
 

L'organisme FOXY pourra étendre son programme d'éducation sexuelle basé sur les arts à la jeune gent masculine et aux deux autres territoires grâce à la subvention d'un million de dollars accompagnant le Prix Inspiration Arctique, remis le 10 décembre par Arctic Net.
FOXY (Fostering Open eXpression amongst Youth) n'a pas encore trois ans d'existence, mais les jeunes femmes qui animent l'organisme, Nancy MacNeill, Mackenzie Zouboules et Candice Lys sont instantanément devenues des vedettes médiatiques et les Ténois se sont montrés très fiers d'elles. Une fête en leur honneur aura lieu le vendredi 19 décembre à l'Assemblée législative de Yellowknife.
« Bien investi, ce million de dollars pourrait durer des décennies, évalue la coordonnatrice de projets Nancy MacNeill. Mais nous allons aussi tenter de trouver d'autres sources de financement. Notre objectif est de devenir un partenaire durable du système d'éducation dans le Nord. »
FOXY faisait déjà aux TNO de l'éducation sexuelle auprès des adolescentes, en utilisant des supports artistiques comme le théâtre et la musique. « Notre objectif est, selon l'éducatrice de pairs Mackenzie Zouboules, que les jeunes aient une meilleure santé sexuelle et des relations sexuelles plus respectueuses et plus heureuses. » Les jeunes peuvent également participer à des retraites fermées, à Blachford Lake par exemple, avec des éducateurs et des artistes. Une retraite de leadership pour hommes et femmes aura d'ailleurs lieu cet été.

Un programme étendu
Le programme sera étendu aux adolescents de 13 à 17 des trois territoires dès l'automne 2015. Des partenaires ont déjà été identifiés, comme Graeme Peters et le groupe de rock Speed Control au Yukon, Gwen Healy du Qaujigiartiit Health Research Centre au Nunavut, et Jeremy Emerson du Western Arctic Moving Pictures à Yellowknife.
Les ateliers seront adoptés pour les adolescents, et ces mutations seront validées par des hommes. Ils seront donnés par des animateurs masculins. « Les pressions sociales et les préjugés sur les jeunes hommes sont différents, analyse Mackenzie Zouboules. On dit qu'ils doivent être machos et vouloir toujours plus de sexe, qu'ils ne peuvent pas se faire agresser sexuellement, etc. »
Les jeunes participants aux ateliers seront contactés annuellement au cours des trois prochaines années pour analyser les bénéfices qu'ils en ont retirés.
Mais le plan de FOXY ne s'arrête pas là. L'organisme veut aussi rejoindre les communautés éloignées des TNO et développer des liens avec le groupe
LGBTQ. En partenariat avec l'Université de Toronto, FOXY effectuera de la recherche sur l'impact des déterminants sociaux (tolérance, accès à l'information, etc.) sur la santé des communautés LGBTQ dans le Nord.

Un choix unanime
« Nous avions plusieurs bonnes nominations, mais celle de FOXY se démarquait et a été le premier choix de tous les membres du jury, de dire le directeur d'Arctic Net et président du jury d'Inspiration Arctique, Martin Fortier. Leur demande de subvention était excellente et répondait de manière très claire aux neuf critères de sélection. Leur programme a fait ses preuves, a eu beaucoup de succès et FOXY se propose de l'étendre aux garçons dans les trois territoires avec une équipe solide. »
Martin Fortier souligne également que par le passé, ce sont surtout de grosses organisations qui ont eu le Prix. À l'opposé, FOXY est un projet de base, émergeant, issu du projet de thèse de doctorat d'une jeune femme.
Le Prix, créé en 2012 par les philanthropes Arnold Witzig et Sima Sharifi, est remis annuellement à des équipes travaillant dans l’Arctique canadien, dans les domaines de l’éducation, de la santé humaine, des questions socioculturelles, de l’environnement et de l’économie. C'est la première fois qu'il est remis à un seul organisme.