Un lien de confiance

01 septembre 2016

Le gouvernement des TNO et son voisin, le gouvernement du Yukon mènent la même bataille depuis quelques années : le développement de l’éducation en français langue première. Si les deux juridictions avaient les mêmes défis en partant, il semble qu’elles obtiendront deux résultats différents.

Après la construction d’écoles de calibre élémentaire au tournant du millénaire, les deux gouvernements ont ensuite occulté le dialogue avec leur population, jusqu’au point où les commissions scolaires francophones, revendiquant l’égalité avec les écoles anglophones, les confrontent en justice. Procès similaires sur les infrastructures et le droit de gestion, menés par les mêmes avocats.

L’histoire a voulu que le procès du Yukon soit invalidé, alors que le procès ténois se dirigeait tout droit vers la Cour suprême. La plus haute instance n’ayant pas voulu départager leur cause, les TNO se sont retrouvés avec les gains et les pertes ordonnés au final par sa Cour d’appel.

C’est l’après-procès qui a tout changé. Le Yukon n’a pas souhaité recommencer un procès et a entamé un travail collaboratif entre son gouvernement et sa commission scolaire francophone. La mise sur pied d’un comité de règlement pour ajuster les questions en suspens sans retourner au tribunal est désormais un point fort de la relation entre les deux parties.

La preuve, le 30 août, c’est un communiqué de presse commun qui annonce le nouveau règlement adopté pour les admissions aux écoles de français langue première. Ils sont dans le même bateau qui a le vent en poupe. Aux TNO, la directive ministérielle n’a pas été annoncée à sa publication le 11 août dernier.

La commission scolaire francophone n’en connaissait pas le contenu et ne dérougit pas que cette Directive 2016 ne répond pas à ses attentes. Un lien de confiance s’est forgé au Yukon. Aux TNO, l’engouement d’un réchauffement des relations n’a pas tenu l’été.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.