Budget 2018-2019 : Un équilibre prudent

15 février 2018
Le ministre des Finances Robert C McLeod. (Crédit photo : Denis Lord)

Le ministre des Finances Robert C McLeod. (Crédit photo : Denis Lord)


Le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest investira un total de 41,2 M$ de nouveaux fonds pour différents programmes de santé.

Des dépenses prudentes arrimées à des revenus en baisses, quelques investissements en vue de diversifier l’économie : voilà la proposition du ministre des Finances Robert C. McLeod pour son budget 2018-2019.
Les revenus prévus sont de 1,749 milliard de dollars et les dépenses ministérielles de 1,713 milliard de dollars, pour un excédent de fonctionnement de 23 M$, le plus faible en sept ans. On s’attend à ce que la dette globale franchisse le cap du milliard de dollars au terme de l’exercice 2018-2019.


En vertu d’une diminution attendue des revenus de 53 M$, le gouvernement mise sur une gestion serrée des dépenses, mais celles-ci croîtront tout de même : 20 M$ seront dépensés pour le maintien ou l’amélioration de programmes et 38 M$ seront consacrés aux ajustements pour mieux refléter les dépenses ministérielles.
Dans le domaine de l’éducation et de la formation, on remarque trois nouveaux investissements notables : 2,13 M$ pour financer la prématernelle dans l’ensemble des Territoires; 1,6 M$ pour développer le réseau d’enseignement à distance dans une vingtaine d’écoles des petites collectivités et enfin, 1,5 M$ pour augmenter, avec l'aide de conseillers, les ressources en bien-être et en santé mentale pour les jeunes, les enfants et les familles.


Santé

Nouveaux fonds encore : le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest engagera un total de 41,2 M$ pour différents programmes de santé. Plus de la moitié de cet argent (20,7 M$) sera investi dans les services hospitaliers et médicaux, dans des prestations complémentaires d’assurance maladie.


À remarquer : le ministre des Finances Robert C McLeod s’attend à ce que la légalisation du cannabis mette de la pression sur le système de santé et la société. « C’est une des raisons pour lesquelles, observe-t-il, lorsque nous avons rencontré le ministre fédéral des Finances [Bill Morneau], nous avons été capables de lui demander 75 % de la taxe d’accise sur la vente de cannabis. Nous étions contents qu’il soit d’accord. »


Son sous-ministre David Stewart anticipe des revenus variant de 1 M$ à 1,5 M$. « J’avertis toujours les gens que ce sera moins que ce à quoi ils s’attendent. Et nous nous attendons à ce que les revenus générés ne couvrent pas les coûts de mise en place. »

Investissements
Par ailleurs, le gouvernement compte investir 1,7 M$ pour l’entretien de la nouvelle route 10 vers Tuktoyaktuk. Il investira également 1,3 M$ dans un cadre de réglementation pour l’accès à la terre, la production, la distribution et la vente de produits agricoles. Le Northern Farm Training Institute bénéficiera de cette subvention.
Autre investissement, cette fois dans le secteur minier, qui demeure contre vents et marées la clé de voûte de l’économie ténoise : 1,2 M$ permettront de consolider différentes facettes de cette industrie.

Énergies
Côté énergie, sans annoncer de montant précis, le gouvernement entend mettre à profit des subsides fédéraux pour amplifier la présence des énergies renouvelables dans le Nord. « Nous commençons à développer des options sur la façon d’investir dans ce secteur, de dire David Stewart. On va chercher du soutien pour l’énergie éolienne dans le coin d’Inuvik, on cherche aussi des options pour remplacer le diésel par du solaire dans certaines collectivités. »
M. Stewart a ajouté que le gouvernement évaluait, avec la Société d’énergie des Territoires du Nord-Ouest, la faisabilité d’ériger de petites centrales hydroélectriques qui pourraient générer de l’énergie pour des petites collectivités de 400 ou 500 personnes.


Sur le long terme, les options d’exportation d’électricité, avec l’agrandissement du réseau Talston, sont toujours sur la table, malgré l’avancement du Site C et la possibilité du barrage Amisk. Des barrages au fil du courant, sans inondation, précise M. Stewart, qui pourraient remplacer des énergies fossiles dans les marchés de l’Alberta et de la Saskatchewan. « Le gouvernement de la Saskatchewan s’est fixé des objectifs agressifs pour changer de sources d’énergie, précise-t-il, on va certainement avoir des discussions avec eux. Il y aurait beaucoup de bénéfices, mais c’est un projet compliqué. [...] Amisk et le Site C font partie des discussions. On ne va rien construire à moins d’avoir des contrats à long terme. »
M. Stewart a parlé d’investissements de plusieurs centaines de millions.

Sécurité
La Gendarmerie royale du Canada sera tributaire de plusieurs façons du dernier budget ténois. Elle profitera grandement des 2,9 M$ alloués au transfert de la sécurité des détenus au bureau du shérif de Yellowknife, aux comités de justice sociale, etc.
Par ailleurs, la contribution gouvernementale de 762 000 $ pour le nouveau centre de dégrisement permettra également à l’organe de police de se consacrer à d’autres tâches.
2,9 M$ seront donnés à la Société d’habitation pour construire au prix courant pour la GRC, 46 logements locatifs à Inuvik, Norman Wells, Hay River, Fort Smith et Fort Simpson.
Enfin, 304 000 $ seront consacrés à la création d’une unité de deux agents vouée à la résolution de meurtres et de disparitions. La GRC a actuellement sur les bras 63 affaires non résolues.

Population
La démographie est un facteur tenu en ligne de compte dans la Formule de financement des Territoires, et elle joue un rôle dans le coût de la vie. Le gouvernement considère que la population est stable; elle a diminué de 97 habitants entre le 1er juillet 2016 et le 1er juillet 2017 (0,2 %). S’il y a eu plus de naissances que de décès, les Territoires ont perdu 837 personnes dans la migration interprovinciale, une perte nourrie, entre autres, par le déménagement à Calgary du siège social de la Dominion Diamond.

 

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages