Un drapeau flotte sur la musique

Yellowknife est construite sur la terre des Dénés Yellowknives, la terre du chef Drygeese.

Durant la fin de semaine musicale concoctée par le 36e festival Folk On The Rocks, les spectateurs ainsi que les artistes ont eu plusieurs occasions de baigner en cultures autochtones.
Chants de gorges, stands de bijoux et chandails évoquant la vitalité des cultures indigènes, démonstration de jeux de mains, musique électronique inspirée par des chants de Pow wow, danse du tambour pour clôturer les festivités le dimanche soir…

Une danse du tambour rythmée par les YKDFN Dene Drummers et dont la ronde a été menée par le drapeau mohawk : A Tribe Called Red termine son rappel et introduit les joueurs de tambours de Yellowknife, le public commence à changer son pas de danse. Après avoir sautillé sur place les mains en l’air, la foule va sautiller en avançant en rond. Des individus demandent à Reale Redlance de mener la danse avec le drapeau qu’il fait flotter devant les scènes depuis le samedi après-midi. Il mène la cérémonie, le public le suit, le festival se termine.

J’ai parlé avec Redlance pour comprendre. Bien sûr pour ce militant, le drapeau réfère à la crise d’Oka de 1990, mais pour lui, le drapeau mohawk est aussi capable de réunir les premières nations du Canada et avance que c’est pour cela que c’est un drapeau si puissant : il est capable de transcender les nations. Wow, un drapeau qui agit comme une musique, moi j’adhère, ou à tout le moins je danse avec!


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.