Santé : Un centre de traitement de la toxicomanie ouvrira ses portes

08 mars 2012
0 Commentaire(s)

Le centre de réadaptation Last Door, de Colombie-Britannique, tiendra une consultation dans les prochains jours avec les services sociaux de Hay River.

Last Door est un organisme de réadaptation en toxicomanie qui offre ses services depuis 1996 aux jeunes hommes aux prises avec des dépendances. Deux coordonnateurs du centre se déplaceront, au début de la semaine prochaine, à la demande de l’Inter-Agency Group de Hay River. L’agence veut établir un centre de traitement des dépendances dans la ville et c’est pourquoi elle a recours à l’expertise de Last Door.
« Nous avons deux programmes. Un qui s’adresse aux 18 ans et plus et un autre pour les jeunes de 14 à 18 ans. C’est un programme qui dure de quatre à six mois où les jeunes sont traités en groupe et par la suite réintégrés à la société », explique Peter Beka, responsable de programme à Last Door.

La consultation entre les services sociaux de Hay River et le centre de réadaptation britanno-colombien a pour but de créer un programme spécifique aux besoins des jeunes de la collectivité. Last Door apportera son soutien à la ville et l’aidera à établir une stratégie dans le développement de son projet curatif.
« Ce ne sera pas un programme de Last Door. Ce sera leur programme à eux, dans lequel on participe aux discussions et à la conception du futur centre », précise M. Beka.

Une première

Ce type de rencontres est une première pour l’organisme qui est très fier de prendre part, d’une certaine façon, au projet. « Nous avons des politiques très ouvertes et nous partageons notre expérience des jeunes avec d’autres agences, mais la ville de Hay River est pionnière en cela qu’elle nous a officiellement demandé de participer à la création d’un programme adapté », ajoute le coordonnateur.

Le lundi 12 mars prochain, les deux organismes vont amorcer une série de discussions sur l’élaboration d’un programme de traitement de la toxicomanie, à Hay River. Last Door effectuera par la suite un suivi auprès des services sociaux de la collectivité pour mener à bien le projet.