Budget fédéral 2016 : Un budget sans restrictions

Plus d'argent pour les affamés du nord!

Plus d'argent pour les affamés du nord!

Avec son premier budget, le gouvernement Trudeau applique sa maxime : investir pour créer de la croissance économique.

Le parti conservateur critique fermement le budget fédéral 2016 et Thomas Mulcair encourage les députés NPD à voter contre ce budget, il reste que la majorité libérale au parlement endossera ce document qui accuse un déficit frôlant les 30 milliards de dollars. Avec des revenus estimés à 287,7 milliards et des dépenses projetées à 317,1 milliards de dollars, le premier budget libéral affiche un exercice fiscal déficitaire de 29,4 milliards de dollars. Présenté le 22 mars à Ottawa par le ministre des Finances du Canada, Bill Morneau, ce document ne prévoit aucun retour à l’équilibre budgétaire avant 2021.

Régions éloignées: de 16,50 $ à 22 $
Les déductions pour les habitants de régions éloignées étaient un point attendu de ce budget 2016 alors que depuis des années différents politiciens de la scène territoriale ou fédérale jouaient de leur influence pour alléger l’imposition annuelle de leurs concitoyens nordiques. C’est un bond de 33,3 % qui a été annoncé avec ce budget 2016. Une bonification décrite telle une initiative pour stimuler l’attrait, dans les collectivités du Nord, d’une main-d’œuvre qualifiée. Sans rentrer dans les détails d’une déclaration d’impôt de l’année 2016, une personne vivant seule à Fort Simpson ou ailleurs dans les trois territoires, peut réclamer une déduction de 22 $ par jour (8052 $ pour les 366 jours de 2016). Si elle partage son habitation avec d’autres personnes, cette déduction sera de moitié. Passant de 16,50 $ à 22 $, le gouvernement estime que ce nouveau taux maximal de déduction créera un manque à gagner de 255 millions de dollars dans les revenus fédéraux durant les cinq prochains exercices financiers.
C’est cette annonce qui marque tout de suite les esprits des résidents du Nord quant à l’impact de ce premier budget libéral. Le seul commentaire fourni par le cabinet ténois quelques heures après le dévoilement du budget 2016 mentionnait ce nouveau taux : « Nous sommes heureux que le gouvernement libéral ait tenu son engagement de bonifier les déductions pour les habitants de régions éloignées. C’est de l’argent dans les poches des résidents du Nord », de déclarer le ministre des Finances, Robert C McLeod.
Ce budget prévoit de fournir 12,5 M$ par année durant les cinq prochaines années à Nutrition Nord Canada afin d’étendre le soutien à toutes les collectivités isolées du Nord. Pour stimuler le développement économique, ce sont 40 M$ qui seront alloués sur deux ans à l’Investissement stratégique grâce à des programmes gérés par l’Agence canadienne de développement économique du Nord.

Autres investissements
Le transport routier vers la ville la plus méridionale des TNO, Fort Smith, sera accéléré grâce aux travaux d’asphaltage de 21,6 M$ sur l’autoroute 5 qui traverse le Parc national Wood Buffalo.
Le budget 2016 octroie également jusqu’à 177,7 millions de dollars sur deux ans aux provinces et territoires via l’Investissement dans le logement abordable. De 2016 à 2018, ce sont 12 M$ qui seront alloués aux TNO, 8 M$ au Yukon et 76,7 M$ au Nunavut. Deux nouveaux parcs septentrionaux seront aménagés grâce à un investissement de 42,4 M$ sur cinq ans partagés à travers les parcs nationaux du Canada. Ce sont l’aire marine nationale de conservation du Détroit de Lancaster au Nunavut et le projet de réserve de parc national Thaidene Nëné situé à l’extrémité est du Grand lac des Esclaves dans les TNO. Thaidene Nëné signifie « Terre des ancêtres » en chippewyan.
Ce sont 19 M$ sur cinq ans qui seront affectés à Affaires autochtones et du Nord Canada (AADNC) pour regrouper l’expertise et les connaissances traditionnelles des collectivités inuites sur l’environnement arctique. 10,7 M$ seront aussi attribués à AADNC pour mettre en œuvre des projets d’énergie renouvelable dans des collectivités qui dépendent du diesel et d’autres carburants fossiles.
Pour la région inuite des territoires, le budget prévoit d’investir 15 M$ sur 2 ans dans la région désignée des Inuvialuits. Un montant qui s’élève à 50 M$ pour le Nunavik au nord du Québec et 15 M$ pour le Nunatsiavut au nord du Labrador. 739 M$ sont aussi prévus pour le logement dans les collectivités inuites, nordiques et des Premières Nations. Dans les communautés autochtones à travers le pays il y aura 1,2 milliard d’investi pour des infrastructures ciblées telles que les installations culturelles et les installations de soins de santé.
Les exercices financiers 2016-2017 et 2017-2018 dirigeront ensemble 40 M$ vers l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées.
Bill Erasmus, chef national de la Nation Dénée, se dit en faveur de ce premier budget et de ses engagements financiers. Il note toutefois que « rien dans le budget indique que les sommes annoncées doivent aller au gouvernement territorial » et encourage donc que les subventions soient directement versées aux gouvernements dénés incluant ceux des territoires originaires des traités 8 et 11.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.