Sexualité : Un appui au quotidien

26 août 2014
0 Commentaire(s)
NWT pride 2013 (Archives L'Aquilon)

NWT pride 2013 (Archives L'Aquilon)

Le NWT Pride fait davantage de place aux activités familiales

Le thème de la 3e édition du NWT Pride, qui se déroulera du 8 au 10 août, est la solidarité au quotidien avec les lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et queer (LGBTQ). Jacq Brasseur, coordonnatrice à la communauté et à la promotion, explique le choix de ce thème : « Notre comité organisateur, explique-t-elle, a réalisé qu'à certaines occasions, à Sotchi lors des Jeux olympiques par exemple, nous avons arrêté certaines injustices. Mais il faut faire quelque chose chaque jour, pas seulement pendant les Olympiques. Et il faut prendre conscience que l'homophobie et la transphobie affectent tout le monde, pas seulement les LGBTQ. »
Quelques activités sont directement reliées à la thématique de l'édition 2014. Le samedi 9 août à 13 h, la Commission des droits de la personne des Territoires du Nord-Ouest viendra parler de son travail pour soutenir les besoins spécifiques des Ténois. C'est également dans cette optique que s'inscrit la conférence de Kelly Cumming, From Klippert to today, samedi de 14 h à 15 h. Aide-mécanien à la mine de Pine Point (TNO), Everett George Klippert fut, en 1965, la dernière personne au Canada à être déclaré coupable d'homosexualité (grossière indécence, en fait, selon le Code criminel). Klippert en appela de la décision, qui fut néanmoins maintenue en Cour suprême en 1967. Pierre Elliot Trudeau était alors ministre de la Justice et prononça, lors d'une conférence de presse, ces phrases restées célèbres : « La place de l'État n'est pas dans les chambres à coucher de la Nation et ce qui est fait en privé entre adultes ne concerne pas le Code criminel. » Malgré son appui, malgré celui du député libéral fédéral des TNO de l'époque, Bud Orange, Everett George Klippert ne put sortir de prison qu'en 1971.

Une programmation variée et pour tous.
L'édition 2014 du NWT Pride fait davantage place aux activités familiales. Les samedi et dimanche, il y aura du bricolage, de la danse, des ateliers de peinture avec Diane Boudreau, des jeux de twister, de capture de drapeau, etc. « Nous n'avions pas les ressources l'an dernier pour en faire autant, indique Jacq Brasseur. Malgré tout, les enfants avaient été nombreux. Cette année, nous pouvons compter sur la présence de Katee Doyon, qui est au quotidien organisatrice d'activités pour enfants. »
Comme à l'habitude, le Pride ténois allie arts, loisirs et information. Côté arts, on retiendra Transgender seeking. Ce spectacle solo de Sunny Drake porte sur la vie amoureuse d'un transgenre; il est à la fois tendre et marrant et, dit-on, comporte une utilisation inhabituelle du multimédia. C'est au Top Knight à 18 h le vendredi 8 août. Le lendemain à la scène TD, de 18 h à 2 h, on présente une soirée de musique avec Jonathan Churcher, la chanteuse et multi-instrumentiste Tracy Riley, Cazwell (hip hop/dance music) et DJ Cozmic Cat. Parmi les préférés de Jacq Brasseur : le groupe illScarlett, qu'elle présente comme du punk skater indie canadien. C'est au Beer Garden le dimanche 10 août à 23 h.
Côté conférence, June Scudeler parlera de la sexualité et de la pratique des arts par les Two-Spirit Crees des Plaines. Two-Spirit, qu'on traduit parfois par berdache, représente les avenues parallèles à l'hétérosexualité. June Scudeler est une doctorante métisse en Anglais à l'University of British Colombia. Cette conférence est présentée au site de Folks on the Rock dimanche à 16 h.
Le bal sera lancé au bureau de poste, sur Franklin vendredi, de midi à 14 h, par un partage de gâteau. La fête se transportera ensuite à 15 h 30 au parc Somba K'e, pour un BBQ, quelques discours et des activités pour les enfants.