Folk on the Rocks : Un 35e anniversaire sans extra

23 juillet 2015
0 Commentaire(s)
Le groupe montréalais Les Brestfeeders a offert trois prestations musicales pendant le week-end musical.(Crédit photo: Noémie Bérubé)

Le groupe montréalais Les Brestfeeders a offert trois prestations musicales pendant le week-end musical.(Crédit photo: Noémie Bérubé)

Le festival musical annuel des Territoires du Nord-Ouest célébrait son 35e anniversaire du 17 au 19 juillet dernier. Comme depuis ses débuts, Folk on the Rocks a rempli son mandat : faire découvrir des talents musicaux. Voyez ce que j’en ai pensé.

Il s’agissait pour moi de ma troisième présence en tant que représentante des médias, et ce fût aussi la plus compliquée…!
Quelques troubles d’orientation pour les bénévoles, des questions sans réponses, des informations moins nombreuses, mais surtout, beaucoup de musique, de bonne musique. Pour cela, chapeau aux organisateurs d’avoir offert une si grande variété de genres musicaux. C’était génial. Les cultures étaient diversifiées et s’harmonisaient bien au festival, bien que plusieurs pensent le contraire. Du spectacle, nous en avons eu pour notre argent!
Cette année, j’ai emmené mon conjoint, qui ne connaissait rien au festival. Il a bien aimé. Il a évidemment critiqué, lui aussi, l’attente pour entrer dans le célèbre Beer garden. Elle était due au long processus de vérification de l’âge des personnes qui souhaitaient y entrer. Ce système est à revoir sans aucun doute. Tout de même, pour sa première fois, mon copain a particulièrement apprécié la programmation de l’événement, y compris les spectacles extérieurs gratuits dans la ville.


Coup de cœur, coup de poing
Le festival a parié gros en mettant des têtes d’affiches du monde du country, Cord Lund, et de chant de gorge, Tanya Tagaq sur le même « pacing ». Sans faire l’unanimité auprès des nombreux festivaliers (le nombre officiel n’étant pas encore dévoilé au moment de mettre sous presse), ils ont apprécié. Il y en avait pour tous les goûts cette fin de semaine et peut-être même trop. Je m’explique. L’ajout d’un site, ou d’une tente, devrais-je dire, a diminué l’achalandage à certaines scènes. Certains spectacles étaient vus par une vingtaine de personne au maximum. Les spectateurs ont aussi déploré le temps d’attente entre les spectacles et les retards, mais à la défense des techniciens et de l’organisation, c’est le prix à payer pour avoir une si grande variété de spectacles.
Les musiciens francophones étaient aussi de la partie. Le groupe montréalais, Les Breastfeeders a offert trois performances pendant les trois jours d’activités et a su attirer les foules dans un territoire majoritairement anglophone.
Encore une fois, Folk on the Rocks a su combler les festivaliers prêts à s’ouvrir l’esprit…! J’ai déjà hâte à l’an prochain!