Camp autochtone : Tout va bien. All is well.

12 août 2010
0 Commentaire(s)
Vendredi matin, le 6 août dernier, Laury Vachon, Chantay Boulanger-Rowe et Sydney Lee ont décollé en avion pour rejoindre le bateau de Shawn Buckley dans l’est du Grand Lac des Esclaves.

Vendredi matin, le 6 août dernier, Laury Vachon, Chantay Boulanger-Rowe et Sydney Lee ont décollé en avion pour rejoindre le bateau de Shawn Buckley dans l’est du Grand Lac des Esclaves.

Le tout premier camp d’été autochtone s’est déroulé sous la même phrase : « Tout va bien. All is well. » Les jeunes sont revenus exténués, mais heureux, de cette première expédition, selon les dires d’une des huit participantes, Laury Vachon.

« C’est différent de toutes les autres activités que j’ai pu faire à mon école (au Québec). J’ai trouvé intéressant de voir la façon de vivre de Shawn », raconte la jeune fille, qui passe ses vacances estivales aux Territoires du Nord-Ouest. Pour elle, il s’agissait d’une chance inouïe de connaître d’autres jeunes francophones des TNO, dans des circonstances tout aussi exceptionnelles. « J’ai pêché le plus gros poisson de ma vie! », dit celle qui, jusqu’à ce camp, avait toujours cru attirer la malédiction à la pêche. Même si son retour à la terre ferme lui a donné quelques nausées, la jeune fille en a profité pour récupérer, et c’est après une bonne nuit de sommeil qu’elle a été en mesure de confier avoir eu beaucoup de plaisir.

Stéphane Millette, responsable de la programmation autochtone à l’école Boréale, poursuit sur la même lancée : « Je pense que tout le monde est satisfait! ». M. Millette espère que l’expérience fera boule de neige et que d’autres jeunes seront intéressés à participer au camp dans le futur. « L’idée c’est que ça se reproduise de façon annuelle », explique-t-il, en ajoutant que des jeunes de Yellowknife seront approchés à l’avenir et qu’il travaille sur un gros projet de camp de survie avec Jeunesse TNO.

Tout au long de ce premier voyage, M. Millette a envoyé des messages grâce à son système de positionnement mondial, un GPS, et par l’entremise du site Web http://www.findmespot.com. Stéphane Millette a envoyé, chaque jour de ce voyage, un court message : « Tout va bien. All is well. » Un journaliste de Radio-Canada Montréal, Étienne Sabourin, a d’ailleurs été de l’expédition afin de préparer un reportage qui sera présenté sur les ondes de la chaîne nationale, en novembre prochain.