Toi qui sera le prochain candidat

Les débats entourant la candidature de Mme Madeleine Meilleur, qui devait devenir la prochaine commissaire aux langues officielles du Canada, sont enflammés depuis des semaines. Alors que le journal s’apprête à être mis sous presse, on apprend que Madeleine Meilleur retire sa candidature. Est-ce que ses couleurs politiques devait l’empêcher de se présenter à ce poste? Peut-être. La question semblait cruciale pour un bon nombre de canadiens. Toutefois, un élément a été mis de côté, au cours de la série de débats à ce sujet. La représentation autochtone a été oubliée. Alors que le gouvernement fédéral dit s’affairer à développer une loi sur les langues autochtones, et que plusieurs langues autochtones risquent de disparaitre, comment s’assurer que cette question soit prise en considération? Aux Territoires du Nord-Ouest, les membres des Conseils sur les langues officielles déplorent que la commissaire de leur territoire ne représente pas leurs voix. Ils aimeraient avoir une personne qui puisse comprendre leur réalité. De passage aux TNO en février dernier, le premier ministre Trudeau assurait qu’il comprenait à quel point la réconciliation « ça veut dire le respect et l’appui aux langues autochtones ». Reste à voir si le processus de sélection qui déterminera le ou la prochain(e) candidat(e) en tiendra compte.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.