#immigrationfr : Tirer son épingle du jeu

14 décembre 2017
Yellowknife, une destination nordique pour plusieurs immigrants. (Crédit photo : Denis Lord)

Yellowknife, une destination nordique pour plusieurs immigrants. (Crédit photo : Denis Lord)

Vers une stratégie d'immigration conjointe des trois territoires.

Les intervenants du domaine de l’immigration des Territoires du Nord-Ouest, du Yukon et du Nunavut se sont rencontrés à Iqaluit les 11 et 12 décembre pour développer une stratégie conjointe intitulée Vision nordique 2017-2020. « C’est difficile, explique la directrice générale de Carrefour Nunavut, Valérie Hélène Gagnon, parce que les territoires sont tellement distincts. » Les séances consacrées à cette stratégie ont offert quelques pistes de réflexion, note Mme Gagnon, mais son organisme ne s’est pas positionné face à celles-ci. « Nous ne sommes devenus un fournisseur que le 1er avril dernier, souligne-t-elle. Nous devons vraiment établir nos ressources et comprendre notre marché avant de nous positionner. »


Carrefour Nunavut travaille à mettre au point son site Internet, qui aidera notamment les gens à mieux comprendre les réalités du Nunavut. La directrice de l’organisme dit que le Nunavut suscite énormément d’intérêt en Côte d’Ivoire, en Inde, au Maroc et en Indonésie également. « Ces personnes voient les possibilités d’emploi au Nunavut. Il y a de gros développements ici, dit-elle, et les salaires sont les deuxièmes plus élevés au Canada. C’est sûr que ça suscite l’intérêt. Mais ensuite, il y a le climat, le milieu de vie. Même les Canadiens ont une vision lacunaire de tout ça. »

Les meilleures pratiques
Par l’entremise d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, le gouvernement fédéral participait également à cette rencontre et en a profité pour lancer un appel de propositions pour 2019 et présenter le programme d’aide à la réinstallation (PAR), qui s’adresse aux réfugiés.


« Nous avons aussi échangé sur les meilleures pratiques d’intégration des immigrants », a révélé le directeur général du Conseil de développement économique des Territoires du Nord-Ouest (CDÉTNO), Antoine Gagnon. Nous cherchons comment être mieux représentés au niveau national, par exemple sur la table de la formation langagière des immigrants. » Les participants ont aussi échangé sur leurs défis et leurs expertises respectives. À l’instigation du gouvernement fédéral, qui dirigeait la rencontre, les participants de la séance de planification sur l’immigration et l’intégration nordiques ont été avares de commentaires sur les avancées de leur réunion, prétextant qu’il s’agissait d’une réunion « interne ». Une rencontre similaire avait eu lieu à Yellowknife en novembre 2017 et une troisième devrait se tenir fin 2018, dans un endroit pour l’instant à déterminer.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.