Activités parascolaires : Stromae à Yellowknife!!!

05 mars 2015
0 Commentaire(s)
Le mercredi 4 mars, les jeunes cinéastes de l’école Allain St-Cyr, Saint-Patrick et Wledeh ont travaillé fort au tournage de leur court-métrage.(Photo : Étienne Croteau)

Le mercredi 4 mars, les jeunes cinéastes de l’école Allain St-Cyr, Saint-Patrick et Wledeh ont travaillé fort au tournage de leur court-métrage.(Photo : Étienne Croteau)

L'ABC du cinéma à Weledeh, Saint-Patrick et Allain St-Cyr
 

Hélas non, le fameux chanteur français n'est pas dans la capitale ténoise mais c'est le point de départ d'un court-métrage auquel collaboraient la semaine dernière des élèves de la 7e à la 10e année des écoles Weledeh, Saint-Patrick et Allain St-Cyr.
René Robitaille, de l'Association des cinémas parallèles du Québec a passé la semaine à Yellowknife pour superviser la réalisation du court-métrage. Le scénario et les dialogues, explique-t-il, a été écrit à partir de leurs idées. Chaque école a droit à cinq heures de tournage, au cours desquelles les élèves reçoivent également des notions théoriques sur le cinéma, par exemple le découpage technique. «Ils sont juste hâte de tourner, s'amuse René Robitaille, mais je leur explique qu'il faut que tout le monde soit prêt et que très souvent, la préparation prend plus de temps que le tournage lui-même. En général, les élèves sont attentifs, mais ils voient ça comme un jeu. Mais je n'ai pas trop à faire de discipline.»
Et qui joue Stroma? René Robitaille a exhorté l'Aquilon à ne pas trop révéler de détails sur le film, question de laisser des surprises aux spectateurs. détail cocasse, dans la fiction, c'est en lisant l'Aquilon que les jeunes apprenent la venue de Stroma à Yellowknife.
Le montage du court-métrage devrait être complété pour le 1er avril a promis René Robitaille. Il sera ultérieurement présenté dans les classes et peut-être mis sur youtube.
Le directeur général de l'Association franco-culturelle de Yellowknife Étienne Croteau s'est montré fort heureux de la motivation des jeunes dans ce projet financé par le Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes, une agence du gouvernement québécois.