Chronique Santé TNO : Stage scolaire d’ergothérapie et physiothérapie à Yellowknife

Carolanne Benson, Stagiaire de l’institut collégiale d’Ottawa à l’hôpital Stanton de Yellowknife.

Recueil de propos exprimés lors des Chroniques Santé diffusées sur Radio Taïga
les samedis à 11 heures.


La différence la plus frappante entre un hôpital d’un grand centre et l’hôpital de Yellowknife est le nombre de lits. Alors qu’à Ottawa un hôpital peut contenir 500 lits, le seul hôpital de Yellowknife ne compte que 100 lits et ils ne sont jamais tous occupés. En tant que physiothérapeute, il faut aussi savoir se débrouiller avec les ressources disponibles à l’hôpital alors que les fournisseurs de matériel médical ne sont pas à proximité.

Les pratiques médicales sont les mêmes avec les hôpitaux de la capitale canadienne. Avec la différence qu’à l’hôpital territorial de Yellowknife, la tendance est de remettre les patients sur pieds rapidement, pour que le suivi et la réhabilitation se fassent dans les centres de santé régionaux ou dans les plus petites collectivités des TNO.

Pour un étudiant au programme d’ergothérapie à La Cité, le collège d’arts appliqués et de technologie d’Ottawa, l’enseignement se déroule en français. La réalité du stage à Yellowknife est tout autre alors que les superviseurs sur place sont le plus souvent anglophones. Les échanges avec les patients francophones sont rares également. L’apprentissage du vocabulaire spécialisé anglophone est un défi alors qu’il se fait sur le terrain. Le cursus francophone de la capitale fédérale fait peu de place à la préparation de la réalité canadienne en matière de langue officielle au sein des hôpitaux des milieux anglophones. Toutefois au sein de l’hôpital, les efforts d’apprentissage sont encouragés par les réponses et le soutien des superviseurs.

En tant qu’étudiant à la Cité,  le partage avec les autres stagiaires à travers le pays prend la forme d’un blogue qui doit être alimenté chaque semaine. C’est une source d’information, un réconfort et un soutien non négligeable pour les cohortes éparpillées au Canada. Le stage à Yellowknife suscite premièrement des questionnements venant de ses pairs face au climat de l’hiver puis sur les particularités et l’ambiance du lieu de travail qu’est l’hôpital. Le stage en physiothérapie permet de découvrir des techniques utilisées après exercice tel que l’enveloppement à froid. Les matins sont occupés aux étages de l’hôpital avec l’accompagnement des physiothérapeutes et des ergothérapeutes dans les visites aux patients. Les après-midi sont dédiés au suivi plus spécifique comme la confection des orthèses ou les traitements en pédiatrie.

L’expérience vécue est mémorable pour les stagiaires, car elle est unique. Il y a beaucoup de tâches administratives, de réception/expédition de documents avec les collectivités des régions ténoises. De la paperasse qui n’est pas forcement dans les descriptions de tâche mais qui se fait usuellement pour finalement donner un stage qui n’est pas uniquement de la pratique au sein des étages de l’hôpital.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.