Gagnante de Chant'Ouest 2016 : Sophie Villeneuve à Contact Ouest

14 septembre 2017
Sophie Villeneuve. (Crédit photo : Bertrand Duhamel)

Sophie Villeneuve. (Crédit photo : Bertrand Duhamel)

La gagnante 2016 de Chant'Ouest, Sophie Villeneuve, est en vitrine le 16 septembre à Contact Ouest, à Yellowknife. Elle dévoile comment sa carrière a été propulsée depuis Chant'Ouest, en détaillant ses inspirations nordiques au passage.

Un an après avoir gagné l’édition 2016 de Chant'Ouest, la Franco-Yukonnaise Sophie Villeneuve est à Yellowknife pour Contact Ouest. Avec le lancement éminent de son nouvel album « Le chant du hibou », en 2018, elle espère rencontrer des diffuseurs pour se produire en spectacle lors de festivals l’été prochain et en salles à l’automne.

« J’ai été sélectionnée pour faire une vitrine musicale le 16 septembre. [...] C’est vraiment cool de voir le progrès entre la compétition Chant'Ouest il y a un an et [le fait] d’avoir mon spectacle à moi, que je veux vendre, c’est énorme comme développement », raconte Sophie Villeneuve en entrevue téléphonique.

« Moi, dans le fond, tout mon univers est basé sur le Nord. Les inspirations pour mes chansons, c’est le Nord, mes aventures de plein air, mes aventures avec les touristes qui viennent et qui repartent, mes histoires d’amour du Nord, explique l’auteure-compositrice-interprète-multi-instrumentiste. C’est vraiment ça que je veux partager et c’est ce que je veux que les diffuseurs voient là-dedans. »

Grâce à Chant'Ouest
« Après le Chant'Ouest, j’ai fait une demande de financement pour mon album complet, qui a été acceptée. Veut veut pas, dans la demande, je détaillais aussi mes plans d’aller à Granby », relate-t-elle.

Au Chant'Ouest, les lauréats poursuivent l’aventure aux demi-finales du Festival international de la chanson de Granby. « Je trouvais que j’avais ma place là-bas, je ne me sentais pas comme une artiste émergente qui n’avait jamais été sur une grosse scène », ajoute l’artiste

Elle estime que le Chant'Ouest l’avait bien préparé pour cette performance et que ce fut une belle expérience pour elle. « J’ai fait ce que j’avais à faire, j’ai partagé ce que je voulais partager donc je suis revenue ici super contente et je me suis fait plein de contacts là-bas, musiciens et autres. Ça a été super cool pour aller ouvrir le marché dans l’Est. »

Le coaching individualisé qu’elle a reçu a bonifié sa présence scénique, son chant, ses textes : « Ça m’a amené cet aspect-là, qu’une chanson ce n’est pas juste la chanter, c’est aussi où tu diriges ton regard, c’est quoi l’intention en arrière de chaque couplet, vraiment décortiquer chaque chanson et la travailler à fond... Je pense à tous ces détails-là pour chaque chanson, ça m’a amenée à être vraiment plus professionnelle dans la façon de les livrer et d’aller vraiment dans les détails. »

Chant’Ouest lui aura aussi apporté de la visibilité au niveau national. Elle mentionne notamment avoir été invitée à l’émission Prise de son de Radio-Canada, en plus d’avoir eu l’occasion de se produire à Victoria, en Colombie-Britannique, et à Rimouski, au Québec.

« C’était la première fois que je me produisais hors Yukon pour présenter mon matériel, tout ça, je pense que oui, ça a découlé un peu du Chant'Ouest. »

En plus d’être en vitrine pour l’édition 2017 du Contact Ouest, elle assistera au gala Chant'Ouest pour encourager sa collègue du Yukon, Mireille Labbé, qui a remporté Pacifique en chanson et qui s’est taillée une place au gala.

Deux mois dans le bois
Sophie Villeneuve présentera quelques chansons de son nouvel album à paraître en 2018 lors du Contact Ouest. Un album intitulé « Le chant du hibou » parce que Sophie Villeneuve, au Yukon, a passé une partie de l’hiver dernier dans une cabane de trappeurs, dans la vallée de la rivière Watson, avec pour seul mode de transport le traineau à chiens. Et que chaque soir en se couchant, elle entendait un hibou chanter autour de la cabane.

« Je pouvais entendre hou! hou! hou! Et tous les jours, il était là. Des fois, il était plus proche, des fois, il était plus loin. Je ne l’ai jamais vu, mais je l’entendais. » Le dernier soir, elle a réalisé que c’était la dernière fois qu’elle entendrait le hibou chanter. « Quand je suis revenue, j’ai écrit la chanson Il est temps de partir. » Partir après deux mois dans la forêt à couper du bois, à le charrier en traineau à chiens, à le corder, à faire à manger et de temps à autre, à faire des excursions de ski.

« J’ai trouvé l’inspiration pour écrire mes chansons dans cette cabane-là, mais je ne pouvais pas les écrire à ce moment-là parce que j’avais le pouce dans le plâtre. Je me suis cassé le pouce en sautant par-dessus un ruisseau au mois de janvier », relate-t-elle, en mentionnant une cheville cassée plus tard la même année. Ce qui ne semble en rien arrêter Sophie Villeneuve… à partager son amour de là où Y fait frette.

Sophie Villeneuve sera en vitrine à Contact Ouest le 16 septembre au NACC et en spectacle — Folk and nordic stories — (français et anglais) au Twist and Shout le 18 septembre à 19 h 30.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.