Santé Mentale : Secouristes nouvellement accrédités

20 mars 2015
0 Commentaire(s)

Différents acteurs du domaine de la santé et de l’éducation des communautés d’Inuvik, de Yellowknife, de Hay River et de Fort Smith se sont dotés d’outils pour répondre aux besoins premiers des enfants et adolescents ayant des troubles de santé mentale.
Ce sont les 8 et 9 mars derniers que certains enseignants, moniteurs de français et orthophonistes [dont l’auteure de ce texte, NDLR] ont rencontré la formatrice Pierrette Messier-Peet pour discuter et apprendre à propos de la santé mentale chez les enfants et les adolescents.
Les participants ont appris à réagir face à plusieurs situations délicates et variées telles que le suicide, la consommation de drogues, l’anxiété, la dépression, l’automutilation, les troubles alimentaires et les troubles psychotiques comme la schizophrénie. Comment réagir lorsqu’un enfant est en crise, qu’il panique ou qu’il avoue avoir des idées suicidaires? Qu’est-ce qui pousse un adolescent à se mutiler?
Malgré la diversité des sujets abordés, le processus d’intervention est, en général, le même. Les secouristes doivent d’abord s’assurer qu’il n’y a pas de risque de suicide ou de blessures. Ensuite, ils écoutent sans porter de jugement, puis dirigent et encouragent les personnes vers de l’aide professionnelle.
Pour Renée Rodgers, orthophoniste de la communauté de Fort Smith, «la formation était très intéressante, parce qu’elle permet d’avoir les connaissances nécessaires pour venir en aide à quelqu’un dans une situation de crise.»
L’auteure de ce texte, a, pour sa part, apprécié comment la formatrice a su démystifier les idées préconçues qui entourent les problèmes de santé mentale.
La formation a été organisée par Lise Thériault, coordonnatrice santé à la Fédération Franco-Ténoise et les nouveaux secouristes sont accrédités par la Commission de la Santé Mentale du Canada.