Le projet avance rapidement : Sculpture du Nord

24 septembre 1999
0 Commentaire(s)
Le projet de sculpture du Nord de la Fédération Franco-TéNOise se discute depuis près de deux ans. Ce n’est cependant que depuis quelques semaines que les artistes et leurs équipes de travail sont sur place et travaillent de longues heures afin d’achever ce gigantesque concept artistique.

Le concept de la sculpture du Nord compte deux volets. D’un côté, John Sabourin (Déné), Eli Nasogaloak (Inuvialuit) et Sonny MacDonald (Métis) ont travaillé de concert à sculpter un immense bloc de marbre. Le produit final, une pièce magistrale qui est le résultat de la fusion des trois cultures des créateurs.

Sur le faîte de la sculpture, un tambour, qui illustre un élément commun à ces cultures autochtones, la musique. Viennent ensuite différents éléments de la faune qui revêtent chacun une signification particulière. Le tout émerge d’une base de marbre signifiant l’unité de la terre qui soutient et nourrit ces créatures, explique Eli Nasogaloak.

La sculpture de marbre est maintenant terminée.

L’autre volet du projet est une création d’Armand Vaillancourt basée sur une technique de sablage sous pression d’un versant de la colline MacAvoy, pour y graver les éléments visuels désirés.

Contrairement au travail de sculpture du bloc de marbre (où trois artistes travaillaient sur une même œuvre), Armand Vaillancourt est le maître d’œuvre qui dirige une équipe l’épaulant dans la production de son concept.

On est témoin d’un processus très vaillancourien, explique Serge Gagné, un cinéaste qui suit la production de cette dernière œuvre de l’artiste québécois.

Il explique le processus de conception du projet. C’est un magma d’idées, très aventureux, qui se développe tranquillement, qui se combine et puis, pouf c’est là devant toi.

Ce volet du projet dirigé par Armand Vaillancourt avance à grands pas, mais il a pris de l’ampleur depuis le début des travaux.

Au début, il devait y avoir environ 64 mains de sablées dans le roc. Selon Serge Gagné, ce sera plutôt 500 empreintes de mains qui figureront sur le rocher. Au total, a indiqué Armand Vaillancourt, entre 1000 et 1100 éléments visuels y seront gravés.

Malgré les contraintes de temps imposées et aussi du climat particulier de la région, ce volet du projet devrait bientôt se terminer. Heureusement, l’équipe travaille d’arrache-pied et l’on peut déjà entrevoir le dessin final.

Lorsque terminé, le bloc de marbre sculpté sera fixé à la paroi du rocher pour se combiner dans une production multi-média qui illustrera la rencontre des différentes cultures du Nord.

Le résultat va être très impressionnant, nous garantit Serge Gagné.