Mine Giant : Satisfaction quant aux plans d’urgence pour la mine Giant

04 juillet 2013
0 Commentaire(s)
Le processus de déconstruction ainsi que de décontamination est débuté sur le site de la mine Giant. Du plastique recouvre certains bâtiments qui permet d'éviter le rejet d'arsenic et l'amiante. (Crédit: Parsons Canada LTD )

Le processus de déconstruction ainsi que de décontamination est débuté sur le site de la mine Giant. Du plastique recouvre certains bâtiments qui permet d'éviter le rejet d'arsenic et l'amiante. (Crédit: Parsons Canada LTD )

L’équipe de nettoyage du projet d’assainissement de la mine Giant s’est dite satisfaite quant aux mesures d’urgence mises en place en cas de tels événements. Une simulation a aussi eu lieu au cours des dernières semaines.

 

Le jeudi 27 juin, l’équipe de la mine Giant a fait un compte-rendu des activités récemment réalisées ainsi que celles entreprises sur le site.

Scène fictive
Un exercice d'urgence simulée s’est déroulé au cours des dernières semaines, celui-ci a impliqué des premiers intervenants et l'équipe de déconstruction. Lors de la simulation, l'urgence concernait la chute d’un travailleur.

L’équipe de nettoyage du projet d’assainissement s’est dite sûre que les mesures d'urgence sont efficacement en place dans le cas où un réel incident se produirait sur place.?Phil Nixon, le chef de projet pour l'entreprise qui est actuellement responsable de la décontamination du complexe de grillage, a mentionné : « Nous faisons ces exercices avec des attentes. Avec une [simulation], on peut constater des petites choses à améliorer, et il y a toujours place à l'amélioration dans tout type de scénario de travail ».?Monsieur Nixon a avoué que ses équipes ont en effet pris conscience que quelques modifications devaient être apportées.?Ainsi, il a cité en exemple qu’il a été difficile pour les équipes de travail d’entendre l’« alarme » dans quelques-unes des installations. Des mesures ont donc été prises pour ajouter des alarmes dans les zones que fréquentent les équipes de travail. Une fois enclenchées, elles projetteront l'avertissement dans d’autres bâtiments.?

Décontamination débutée
Actuellement, sur le site de la mine, la décontamination du complexe de grillage se poursuit.?Des équipes sont sur place depuis la mi-juin pour dégager la poussière de trioxyde d'arsenic et l'amiante de plusieurs bâtiments qui sont jugés comme étant les plus contaminés sur place.
Du plastique recouvre les structures afin d'éviter le rejet d'arsenic et d'amiante pendant la décontamination des bâtiments.
Si des rejets devaient se produire, Jane Amphlett, la directrice des opérations de la mine Giant, explique qu’une alarme se déclencherait et aviserait instantanément les personnes responsables des travaux. Ainsi, elles veilleraient à vérifier les travaux en cours d’exécution. La ville de Yellowknife est elle aussi préparée à toute situation d'urgence, car elle a collaboré avec la mine Giant à l’élaboration d’un plan.
« Nous avons un plan de communication en place. Dans le cas où le public serait menacé, la clé serait d'apporter le soutien de la ville parce que dans de graves situations, lorsqu’il y a une urgence majeure ou que vous avez à traiter avec une urgence, nous devons nous prévaloir du savoir-faire de la ville, coopérer avec la ville et lui fournir toutes les informations que nous pouvons », a partagé Madame Amphlett.

Rapport reçu
Il a également été discuté pendant la conférence le fait que la mine Giant a reçu le rapport de l'Office d'examen des répercussions environnementales de la vallée du Mackenzie. Ce dernier stipulait que le projet proposé est susceptible d'avoir des impacts biophysiques et sociaux négatifs importants, comprenant les effets cumulatifs découlant de répercussions d’autres activités minières passées.?L’Office a également constaté que ces effets seront des préoccupations importantes pour le public. Cependant, le conseil a reconnu que la congélation est actuellement la meilleure chose qui peut être faite.
Le rapport remis le 20 juin est désormais entre les mains du gouvernement fédéral pour voir s’il sera approuvé, rejeté ou s’il ira en médiation avec la Commission de révision.?