Rétrospective 2011 : Santé

06 janvier 2012
0 Commentaire(s)

Plusieurs initiatives mais encore peu de résultats

Dans le milieu de la santé, beaucoup d’activités et d’annonces ministérielles ont été faites cette année, mais les bienfaits sur la population se font toujours attendre.

Des audiences de la Commission de vérité et de réconciliation du Canada (CVR) se sont tenues du 15 mars au 27 mai 2011. Lors de ces rencontres prévues dans les 19 collectivités des trois territoires canadiens, les survivants des pensionnats indiens ont pu témoigner de leur vécu et leurs souffrances.
Le juge Murray Sinclair, président de la Commission a écouté et enregistré le témoignage des victimes. La Commission a pour but d’informer et aussi de réconcilier les Autochtones qui ont été victimes de mauvais traitements dans le cadre du système canadien.
Élément important, un bureau permanent de la CVR sera ouvert à Yellowknife jusqu’en 2014 pour recueillir le maximum de témoignages et être à l’écoute des survivants qui se font de plus en plus rares.

En avril a débuté un nouveau programme d’alimentation du gouvernement fédéral. Nutrition Nord, qui a pris la relève d’Aliments-poste, a pour but de subvenir aux besoins alimentaires des collectivités nordiques. Anciennement desservi par Postes Canada, le service alimentaire s’est détaché de l’organisation après que le ministère des Affaires autochtones et du Développement Nord a jugé bon de changer la donne.
Le nouveau programme est maintenant tourné vers les détaillants qui assurent la distribution des denrées. Aussi, le ministre des Affaires autochtones et du Développement du Nord, John Duncan, a souligné que le changement de programme n’était pas lié à des raisons économiques, mais souhaitait améliorer les choix alimentaires de la population.
Ainsi, une liste de 97 aliments a été établie et le montant des subventions est établi en fonction de sa valeur nutritive. Par exemple, deux livres de beurre recevraient approximativement une subvention de cinq cents alors qu’un kilo de margarine bénéficierait d’un rabais de 30 sous.

Rétrospectivement, le mois de mars était sous le signe de l’unification puisque certains organismes francophones ont décidé d’unir leurs forces pour offrir de meilleurs services en français. Ce fut le cas du Réseau TNO Santé en français qui a jumelé ses efforts au Centre d’accueil francophone Immigration TNO et au Conseil de développement économique des Territoires du Nord-Ouest (CDETNO).
Les trois organisations ont décidé de mettre sur pied un répertoire des services en français afin de faciliter la vie des nouveaux arrivants, mais aussi des résidents francophones bien établis. Un guide de ce genre avait été produit en 2008-2009 par le CDETNO, mais il était devenu désuet et surtout ne concernait que les services reliés aux immigrants.
Une version Web a également été mise en ligne.

Au printemps a eu lieu le 9e Forum des premiers ministres territoriaux. Lors de cette rencontre, Eva Aariak (Nunavut), Floyd Roland (TNO) et Dennis Fentie (Yukon) ont discuté des enjeux du Nord. Outre les changements climatiques et le développement économique, le domaine de la santé a été au cœur des discussions. Les ministres des différents territoires souhaitent une amélioration des services de santé pour la population. On a demandé à ce que soit prolongé un fonds de 30 millions de dollars servant à soutenir les divers projets en santé dans l’Arctique.
Les Territoires du Nord-Ouest ont déjà un plan sur trois ans qui vise le bien-être, l’accessibilité et la durabilité de ses soins de santé.

Fin avril, la ville de Hay River a inauguré un nouveau centre de santé. Le programme d’aide à la vie en société a ouvert un centre de jour qui compte une dizaine de lits pour des patients permanents ou de courtes visites. Comme l’a assuré lors de l’inauguration Mme Sue Cullen, présidente-directrice générale des services de santé et de services sociaux de Hay River, le centre offre plusieurs services et activités de soutien.
Elle a également souligné que le programme d’aide à la vie en société touche particulièrement les adultes de plus de 19 ans atteints d’une déficience mentale modérée à sévère. Cette clientèle aux besoins particuliers pourra désormais accomplir des activités de bricolage, de cuisine et de recyclage. Des cafés-rencontres seront aussi offerts par le centre.
Michael Miltenberger, alors ministre de la Santé et des Services sociaux, a rappelé l’importance de l’instauration de ce service qui a finalement été implanté après une lutte acharnée pour déménager les malades auprès de leur famille.

Cependant, une triste nouvelle est tombée pour les femmes enceintes des territoires. Le programme de sages-femmes offert à Yellowknife se doit de disparaître, faute de financement. C’est alors que plus d’une soixantaine de personnes de la capitale se sont réunies pour manifester devant l’Assemblée législative, le 16 mai. Questionné en chambre au sujet de ce programme, le ministre de la Santé et des Services sociaux n’a pas voulu confirmer le renouvellement de cette initiative, mais la réouverture du programme de sages-femmes pourrait être revue dans les prévisions budgétaires de 2012-2013.

Lors de sa visite, pour une sixième fois aux Territoires du Nord-Ouest, le premier ministre du Canada, Stephen Harper, a annoncé la prolongation du financement pour le système de santé dans les territoires. L’initiative de 30 millions de dollars par année, octroyé dans les trois territoires canadiens depuis 2005 pourra donc se poursuivre durant les deux prochaines années. Le premier ministre a confirmé croire à l’amélioration des soins de santé et des services offerts aux résidents du Nord.

Malgré les annonces du premier ministre et les programmes mis en place, encore beaucoup de prévention reste à faire aux Territoires du Nord-Ouest. C’est ce que rapportaient les chiffres de Statistique Canada, en novembre dernier. Un écart important est toujours remarquable entre les habitudes de vie des Canadiens et ceux des résidents des TNO. Le tabagisme est encore très présent, soit à 31 % dans la population comparativement à la moitié dans le reste du Canada.

Une étude sur les soins de santé en français a été menée à Yellowknife afin de savoir si une réelle demande était faite dans les hôpitaux pour un service en français. Bien qu’une dizaine d’employés œuvrent à la fois en français et en anglais à l’Hôpital Stanton de Yellowknife, seulement une cinquantaine de francophones ont demandé des services en français au cours de l’année. L’enquête permettra d’ajuster les services selon la demande.

Enfin, en décembre, le nouveau député de Hay River Nord, Robert Bouchard, a lui aussi demandé une enquête sur les professionnels de la santé de sa région. Le député s’interroge sur le manque de permanence des médecins de Hay River. Un bon roulement s’effectue, mais les nouveaux visages sont récurrents pour les patients qui ont beaucoup de difficulté à créer une relation avec leurs médecins.