Conseil de développement économique des Territoires du Nord-Ouest : Revenir le temps d’un emploi d’été

06 juin 2013
0 Commentaire(s)
Vincent Desforges (Photo : Noémie Bérubé)

Vincent Desforges (Photo : Noémie Bérubé)

Le Conseil de développement économique des Territoires du Nord-Ouest (CDÉTNO) accueille encore une fois cette année un étudiant qui agit comme chargé de projet, recherche et entreprises.

Vincent Desforges, 20 ans, est originaire du Québec, mais a voyagé et a vécu au Nunavut, en Ontario et aux Territoires du Nord-Ouest, avant d’emménager en Colombie-Britannique pour poursuivre ses études.
Là-bas, il effectue une double majeure en sciences politiques et en études gréco-romaines. L’an prochain il terminera son baccalauréat.
Pour les prochains mois, le jeune homme est responsable d’un projet entrepreneurial, son rôle est d’entrer en contact avec les entrepreneurs francophones et francophiles à travers la communauté franco-ténoise. En plus de leur téléphoner, il doit dresser les profils de ces derniers ainsi qu’aider à la préparation du gala entrepreneurial qui se déroulera le 11 septembre prochain. Ses tâches exigent aussi de promouvoir l’utilité et l’importance du centre de développement économique des Territoires du Nord-Ouest pour l’épanouissement économique dans les Territoires, d’encourager le dialogue entre les entrepreneurs francophones et de s’assurer qu’il y a un esprit communautaire. Et pour ce faire, il use de ses capacités en communication, en analyse critique et aussi en écriture acquise jusqu’à présent.
En ce qui a trait à ses défis, Vincent Desforges confie qu’ils ne sont pas encore clarifiés puisqu’il n’est entré en poste que le lundi 3 juin.
Il s’agit de la première expérience de bureau pour l’étudiant. Auparavant, il a œuvré dans le secteur du service. « Maintenant que j’occupe une position très importante dans un projet très important », il confie ressentir une certaine pression. Cependant, il affirme se sentir « attaque ».
Il croit être en mesure d’apporter ses compétences à l’équipe du CDÉTNO; « Je suis quelqu’un de sérieux qui travaille fort et j’espère les aider à accomplir la tâche qu’ils m’ont donnée ».
Vincent Desforges souligne que son emploi aux TNO lui permet de subvenir aux fardeaux financiers que lui engendre l’université et qu’il se dit ravit : « Dans le nord, il ne faut pas se le cacher, il y a de très bonnes occasions d’emploi ». De plus, sa famille vit à Yellowknife.
Au cours des semaines à venir, Vincent aura la chance de parler en français, ce qui ne lui déplait pas, car aux études, il ne pratique pas cette langue officielle.
De son côté, Anne-Christine Boudreau, la directrice générale par intérim du CDÉTNO expose qu’antérieurement, il est souvent arrivé que l’organisme à but non lucratif embauche des gens de l’extérieur, mais que l'équipe de l'organisme est « vraiment particulièrement fière » d’employer un étudiant, qui dans ce cas-ci est quelqu’un qui a déjà habité aux TNO pendant un moment. « Il y a une connaissance que Vincent a, que plein d’autres personnes n’auraient pas ». Elle a d’ailleurs signalé que sa connaissance du milieu changera son approche avec les entrepreneurs locaux, ce qu’il devra faire tout au long de l’été.
Madame Boudreau invite les entrepreneurs à répondre lors des moments d’appel, car « c’est au bénéfice de tous », ajoutant que « meilleur sera notre portrait de la francophonie économique des TNO, meilleure sera la capacité après cela de faire des actions pour la développer ».