Vie associative : Résurrection à Hay River

14 octobre 2014
0 Commentaire(s)
Monitrice de français langue seconde dans les écoles anglophones de Hay River, Klaudia Mika occupe désormais en parallèle le poste d'agente de développement de projet à l'Association franco-culturelle de Hay River.

Monitrice de français langue seconde dans les écoles anglophones de Hay River, Klaudia Mika occupe désormais en parallèle le poste d'agente de développement de projet à l'Association franco-culturelle de Hay River.

Klaudia Mika est la nouvelle agente de développement de l'Association franco-culturelle de Hay River
 

Après une période d'instabilité, l'Association franco-culturelle de Hay River (AFCHR) manifeste un retour en force.
La pierre d'assise de cette remontée pourrait être le recrutement la semaine dernière d'une agente de développement de projet, un poste inoccupé depuis plusieurs mois. La FFT avait même promis de défrayer le salaire d'une employée de l'AFCHR à temps plein. C'est toutefois à temps partiel que
Klaudia Mika, depuis deux ans monitrice de français langue seconde dans les écoles anglophones de Hay River, occupe le poste. Selon le vice-président de l'AFCHR Philippe Beaupré, selon l'intérêt de Klaudia, elle pourrait éventuellement occuper l'emploi à temps plein. Sa tâche consiste à aller chercher des subventions, à développer des projets et à assurer les communications avec le conseil d'administration de l'Association franco-culturelle. Elle sera équipée d'un téléphone intelligent pour mieux effectuer cette dernière tâche.

Des postes à pourvoir
Lors de sa prochaine assemblée générale annuelle, le 24 octobre prochain, l'AFCHR cherchera à pourvoir les postes d'administration. « On manque de membres, signale Philippe Beaupré, qui ajoute ignorer si le président Justin Carey reviendra. Mais nous avons des candidats en tête. »
Le directeur général de la Fédération franco-ténoise Jean de Dieu Tuyishime
est allé rencontrer Klaudia Mika, Philippe Beaupré et le trésorier de l'organisme Christian Girard la semaine dernière. Il était accompagné du coordonnateur de Jeunesse TNO Nuka de Jocas-McCrae. « Il y a un retour en force de l'AFCHR avance le directeur général. Ses membres sont très engagés, veulent obtenir de l'aide et posent des actions concrètes. Ils ont commencé à composer leurs activités pour 2015 et à réfléchir à l'exportation de leurs activités culturelles dans d'autres communautés. Nous allons les aider à travailler leur programmation pour deux ou trois années. »
Cette programmation comprend notamment des cours de français et un atelier sur la construction de petites maisons avec le directeur général de l'Association franco-culturelle de Yellowknife, Étienne Croteau, vraisemblablement en novembre. L'information sera disponible sous peu. L'AFCHR met également au point une course Amazing Race, dont chaque station aura un indice lié à l'identité francophone. Cette activité pourrait être exportée à Fort Smith et dans d'autres communautés. Philippe Beaupré aimerait bien présenter des compétitions avec des équipes venant de toutes les communautés francophones des Territoires du Nord-Ouest. L'AFCHR travaille en outre à des demandes de subvention auprès de Patrimoine canadien, mais le vice-président préfère ne pas en dire plus.