PROJET VERT L’AVENIR : Chronique d’écosurvie : Réduire, Réutiliser et Recycler

16 avril 2009
0 Commentaire(s)

Est-ce que la récupération, sans la réduction ni la réutilisation est la solution ? Qu’est-ce que vous en pensez ?

En fait, voici la vrai question : À quoi pense-t-on ? Si vous vous arrêtez deux minutes pour réfléchir à la situation de la planète en cette année 2009, quel est votre bilan ?

La majorité des canadiens pensent qu’ils ont pris conscience de la situation et sont convaincus qu’ils font tout ce qu’ils peuvent pour le bénifice de la planète. Les mots clefs : On pense qu’on fait tout ce qu’il est possible de faire. La réalité ? Qu’est-ce que vous en pensez ? Selon moi, c’est ce à quoi on pense qui est important. Recycler, oui ! mais pourquoi ? Pour que je me sente moins coupable de consommer plus ? Qu’est-ce que vous en pensez ?

Tant que chacun et chacune d’entre nous n’aura pas pris conscience de sa propre empreinte écologique sur la planète, on est dans le trouble. Mais qu’est-ce que ça veut dire « prendre conscience de mon empreinte écologique »? En gros, c’est ce qu’on laisse derrière nous. Par exemple, si vous allez camper dans un parc national on vous demande de ne laisser que des pas derrière vous. Votre empreinte sur le parc national dans ce cas est nulle ou très minime. Si vous avez mangé une canne de bines pour dîner, vous ramenez la boîte de conserve à la maison. Appliquez maintenant cet exemple à votre vie de tous les jours ? Commencez par la nourriture que vous consommez en portant attention à l’emballage dans lequel elle vient. Tout ce que vous « jetez » aux vidanges, où cela va-t-il ? Lorsque vous tirez la chasse d’eau, qu’arrive-t-il aux eaux « usées » ? Le CO-2 qui s'échappe de votre voiture, où s’en va-t-il et quel impact a-t-il sur votre environnement ? Tout cela et bien plus, c’est votre empreinte écologique.

Rien n’est fait avec rien ; tout les biens manufacturés qui nous entourent sont un prêt que nous fait la planète. Regardez autour de vous. Qu’avez-vous donnez en retour de ces « prêts » ? Malheureusement, bien peu d’entre nous peuvent dire que nous avons « remboursé » ce que la nature nous a prêté. Ce qui fait qu’aujourd’hui, après avoir emprunté sans compter depuis des générations, nous nous retrouvons avec une énorme dette. La question est : Comment allons nous rembourser cette « dette » ? Mathématiquement c’est assez simple. Par exemple nous coupons plus d’arbres que nous en replantons, cela crée une « dette ». Une pomme qui vous fournit 25 calories, nécessite 1000 km d’essence, plus l’énergie qu’il a fallut investir pour la faire pousser, la protéger des vermines, la cueillir et l’emballer. Il y a un manque à gagner entre l’énergie que la pomme m’apporte lorsque je la mange et l’énergie nécessaire pour amener cette pomme jusque dans ma main ; ce manque à gagner il est bien réel même s’il est souvent difficile de mettre un chiffre exact dessus. C’est un autre « prêt » que la planète nous fait. Vous voyez où je veux en venir. Nous consommons sans nous soucier (et sans être informé) du vrai coût de nos biens de consommation. Recycler sans réduire ne fait qu’ajouter à la dette (ça prend moins d’énergie pour refondre des cannes d’aluminium que d’en produire des nouvelles, mais ça en prend quand même et cette énergie n’est pas « gratuite » sur le plan environnemental).

Voici une suggestion : Dans les prochains jours lorsque vous irez acheter un item, avant de le mettre dans votre panier regardez le bien dans les yeux et réfléchissez au chemin qu’il aura dû parcourir pour arriver jusqu’à votre main et de celui qui lui reste à parcourir une fois qu’il sera vôtre.

Prochaine chronique : le 100ième singe

 

Passez vos commentaires sur www.ecosurvie.unblog.fr

Suggestion de lecture de la semaine :

La revue canadienne Natural Life. www.NaturalLifeMagazine.com