Une traversée du Grand Nord : Rallye Franco-Nord Canada

21 mai 1999
0 Commentaire(s)
Les communautés francophones du Nord n'ont pas froid aux yeux et c'est d'un commun accord qu'ils ont lancé un projet de taille pour l'an 2000 : la traversée du Grand Nord à motoneige.

Traverser le Grand Nord canadien à motoneige, voilà un projet ambitieux qu'espèrent réaliser les communautés francophones du Nord.

L'idée a été émise par la coordonnatrice de l'Association Franco-culturelle de Yellowknife, Francine Labrie, lors d'un dîner-causerie où l'on devait émettre des idées de projets pour l'Année de la francophonie canadienne ainsi que le Programme des partenariats du millénaire du Canada.

L'idée n'est pas tombée dans l'oreille d'un sourd. L'Association franco-yukonnaise, la Fédération Franco-TéNOise ainsi que l'Association des francophones du Nunavut, chapeautées par l'organisme Azimut Communications, ont donc décidé de prendre le projet en mains.

Le Rallye Franco-Nord Canada, qui coûterait pas moins de 1 258 000 $, aurait comme principaux objectifs de stimuler l'entrepreneurship francophone ainsi que de célébrer la fierté et la visibilité de la francophonie à l'échelle internationale.

«Nous espérons que cet événement puisse avoir une portée mondiale », explique le directeur général de la Fédération Franco-TéNOise, Daniel Lamoureux.

Au total, 14 motoneigistes parcourront 10 750 km de Whitehorse à Iqaluit en passant par Yellowknife. Ils traverseront les Rocheuses, suivront la route de glace qui borde le fleuve Mackenzie et passeront près d'anciens postes de traite de fourrure ainsi que d'anciennes mines d'or et de diamants.

«Ce ne sera pas un périple facile. Les participants devront parfois passer huit heures sur leur motoneige, faire du camping d'hiver et affronter des froids rigoureux, c'est pourquoi ils devront passer avec succès le camp d'entraînement et d'acclimatation », renchérit M. Lamoureux.

Les participants seront recrutés parmi les communautés francophones des territoires et des provinces du Canada ainsi que parmi l'ensemble de la francophonie à l'échelle mondiale. Deux participants, qui représenteraient chacun des territoires, formeraient l'équipe de base à laquelle se grefferait, à chaque nouveau segment du parcours, 4 invités.

L'expédition durerait un minimum de 52 jours.

«Le convoi devrait donc partir au plus tard le 31 mars 2000 s'il veut être en mesure de traverser le détroit les menant vers l'Ile de Baffin avant la fonte des glaces », indique M. Lamoureux.

Le projet est présentement à l'étude par le gouvernement fédéral auquel on demande une subvention d'environ 415 000 $. La réponse devrait être connue d'ici la fin d'août. En attendant, la communauté francophone se croise les doigts !

Voir carte du trajet