Un jeu de questions et de réponses : Questionnaire des candidats

05 novembre 1999
0 Commentaire(s)
De façon à aider les lecteurs et les lectrices de L’Aquilon à fixer leur choix sur un candidat pour les élections territoriales, nous avons fait parvenir le 4 novembre dernier un questionnaire à différents candidats. Le questionnaire comprend cinq questions spécifiques ainsi qu’un sixième item où les candidats pouvaient exprimer leur principale priorité. Les cinq questions étaient construites selon un même format, c’est-à-dire une mise en contexte (plus ou moins élaborée), suivi de la question en tant que telle.

Les candidats avaient jusqu’au 19 novembre pour retourner leurs réponses. Le journal présentera les réponses reçues ainsi que l’identité des candidats contactés qui n’ont pas retourné le questionnaire. Voici le texte de ces questions.

  1. Développement responsable : Au cours des dernières années, plusieurs exemples de développement irresponsable ont été rendus public principalement dans l’industrie minière. La mine Giant a laissé aux T.N.-O. une énorme quantité d’arsenic dont il faut se débarrasser. D’autres mines nous ont aussi laissé des gâchis environne-mentaux. Quelle est votre solution pour s’assurer que les mines en opération et les futurs développements industriels soient tenus responsables de leurs impacts sur l’environnement ?
  2. Construire le Nord : Les T.N.-O. ont un bon secteur économique primaire et un secteur économique tertiaire bien développé (communication, services et gouvernement). Malheureusement, il manque un élément indispensable pour une économie domestique autonome en raison de sa faiblesse du secteur économique secondaire (transformation). Que proposeriez-vous que le gouvernement fasse de façon à améliorer ce faible secteur économique ?
  3. Problèmes sociaux : Il semble y avoir deux classes distinctes de citoyens dans la société nordique. Certains de nos citoyens ont une solide formation académique, un bon emploi et un salaire décent. D’autres proviennent de familles qui n’encouragent pas les études (par manque de support ou en raison d’un environnement qui n’est pas propice aux études), ils n’ont presque pas d’éducation (à peine une douzième année), ils n’ont pas d’emploi et leurs perspectives d’embauche sont presque inexistantes. Comment essayeriez-vous de résoudre ce problème ?
  4. Langues autochtones : Les plus récentes statistiques disponibles montrent que plusieurs langues autochtones officielles des T.N.-O. sont en danger et disparaîtront d’ici une ou deux générations. Plusieurs études montrent que la perte de la langue conduit inévitablement à la perte de la culture. Comment proposeriez-vous de s’occuper de ce problème ?
  5. Services en français : Le gouvernement fédéral a conclu une entente avec le GTNO en 1984 qui énonce que le gouvernement fédéral s’engage à payer 100 % de tous les coûts reliés à la prestation de services en français. Ce financement est disponible via les budgets fédéraux pour les langues officielles. Au fil des ans, cependant, le GTNO a été réticent ‘offrir ces services et a souvent renvoyé une portion de cet argent à Ottawa (une perte complète pour l’économie du Nord). Ottawa redirige cet argent vers ses programmes de langues officielles. La Fédération Franco-TéNOise s’apprête à entamer une poursuite judiciaire contre le GTNO à ce sujet. Ces subventions ne peuvent être utilisées à d’autres fins par le GTNO (de la même façon que les subventions reçues du fédéral pour la santé ne peuvent servir à construire des routes). Comment feriez-vous pour vous assurer que le GTNO respecte sa propre Loi sur les langues officielles ?
  6. Autres considérations : Ce questionnaire ne peut tout couvrir. On vous offre la chance d’énoncer l’aspect le plus important de votre programme qui n’était pas couvert par les questions ci-dessus.