Chronique du CDÉTNO : Quelques raisons qui expliquent pourquoi les PME prennent le virage vert

27 septembre 2012
0 Commentaire(s)

 
Selon un récent sondage de la RBC, plus de 50 % des propriétaires de PME au Canada ont envisagé de mettre en œuvre un plan vert. Ces plans mettraient l’accent sur les normes environnementales (31 %) et la réduction de l’approvisionnement (55 %) . Il s’agit donc d’une tendance qui oriente de plus en plus le choix des consommateurs et citoyens.
Mais quelles autres raisons poussent les entreprises à entreprendre le virage vert?
Un diagnostic approfondi de votre organisation. Cette démarche vous permet de solliciter différentes ressources afin de voir les bons et mauvais côtés de votre entreprise. Est-ce que votre consommation d’eau, de papier, de chauffage est démesurée? Cette analyse permet de faire des choix plus judicieux en réorientant ce qui fonctionne moins bien.
Des valeurs sociétales et environnementales. Dans votre plan stratégique, vous avez probablement réfléchi à vos valeurs et à ce que vous voulez transmettre, ce que vous voulez apporter aux clients. De plus en plus d’organisations choisissent de mettre en valeur leur attachement à une santé économique, sociale et environnementale, parce qu’elles savent qu’elles impactent non seulement leurs clients, mais l’ensemble de la collectivité. Elles le font aussi parce que le virage vert est un outil majeur de rétention des employés. En effet, selon deux études indépendantes publiées par Jobbom et Workopolis, plus de 97 % des jeunes diplômés souhaitent travailler pour des patrons écologiquement responsables .
La pression des actionnaires. Les actionnaires souhaitent réduire les coûts et ainsi augmenter les bénéfices des organisations. Il s’avère souvent très bénéfique pour les entreprises de faire son diagnostic pour entreprendre le virage vert, car bien des coûts inutiles ou des pertes environnementales apparaissent.
Se conformer aux législations. De plus en plus, les différents paliers de gouvernements sont plus soucieux des répercussions environnementales et sociales de certains secteurs ou organisations. C’est dans cet esprit que certaines organisations anticipent ou se conforment aux contraintes législatives qui apparaissent.
Éviter les crises organisationnelles. Prendre le virage vert permet de prévenir et maîtriser les risques économiques, mais aussi les externalités environnementales et sociales. De plus, c’est une façon de valoriser son image et de préserver son crédit dans la société. Considérer le développement durable, c’est répondre aux attentes, renforcer ses relations et mieux gérer les pressions des citoyens, des ONG, des associations et toute autre partie prenante.