Chronique TNO Santé : Quelques nouvelles en santé

15 mai 2014
0 Commentaire(s)

 

Comment éviter 37 millions de décès prématurés au monde?
Selon une récente étude menée par des chercheurs de l’Imperial College de Londres et publié dans la revue médicale The Lancet, 37 millions de morts prématurées pourraient être évitées ou retardées si toutes les populations du monde changeaient leur mode de vie actuel en faveur d’habitudes plus saines. Pour arriver à ce résultat, les scientifiques préconisent d’agir sur 6 facteurs de risque pour la santé tels que la consommation de tabac, d’alcool, de sel, l’hypertension artérielle, l’obésité et le diabète. Les 2 facteurs de risque les plus importants étant le tabac, à l’origine, selon l’OMS, de 6 millions de décès dans le monde chaque année, et l’hypertension artérielle, qui pourrait atteindre 1,56 milliards d’individus d’ici 10 ans.
Source : www.passeportsante.net

La dépression, maladie numéro 1 des adolescents
La dépression est la principale cause de maladie et de handicap des jeunes âgés de 10 à 19 ans, selon un rapport publié récemment par l'OMS (Organisation mondiale de la Santé) sur la santé des adolescents.
«La dépression est la cause prédominante de maladie» chez ces jeunes garçons et filles, indique l'OMS.
C'est la première fois que l'OMS publie un rapport complet dédié aux problèmes de santé affectant les adolescents. Ces problèmes sont liés au tabac, à la consommation de drogue et d'alcool, au Sida, à la santé mentale, à la nutrition, à la sexualité, et à la violence.
Les experts de l'organisation rappellent que l'adolescence est un moment important dans la vie pour fixer les bases d'une bonne santé dans la vie adulte. En outre, l'OMS note que les trois causes principales des décès des adolescents dans le monde sont «les accidents de la route, le SIDA et le suicide».
Pour rédiger ce rapport, l'OMS s'est basée sur des indications fournies par 109 pays.
Source : Agence France Presse; www.lapresse.ca

Fed Up: un film sur le sucre ajouté et son rôle dans l'obésité
L'industrie alimentaire est responsable d'entretenir la dépendance au sucre provoquant l'épidémie d'obésité en Amérique, et de plus en plus ailleurs dans le monde, selon les créatrices du nouveau documentaire Fed Up.
La réalisatrice Stephanie Soecthig fait équipe avec la narratrice et journaliste Katie Couric et se penche sur la raison expliquant l'obésité de millions d'enfants américains, malgré toute l'attention portée par les médias et le gouvernement à ce sujet. Elles croient que le principal coupable est le sucre, qui est ajouté à de nombreux produits allant du ketchup aux sauces pour pâtes, en passant par les vinaigrettes, les céréales, les jus, les boissons énergisantes, les produits de boulangerie, les yogourts et même les préparations pour nourrissons.

Soecthig a suivi plusieurs familles pendant plus de deux ans et inclut des images déchirantes dans lesquelles des enfants en surplus de poids documentent leur lutte difficile contre l'obésité.
La documentariste a approché ces familles à différents endroits, notamment des églises, des écoles et des bureaux de médecins. Elle leur a donné des caméras vidéo et leur a demandé de documenter leur vie quotidienne. De 1977 à 2000, on estime que les Américains ont doublé leur consommation de sucre. Et bien que les abonnements à des clubs de conditionnement physique aient également doublé à travers les États-Unis entre 1980 et 2000, les taux d'obésité ont fait de même. Quatre-vingt pour cent des quelque 600 000 produits alimentaires vendus aux États-Unis contiennent du sucre.

Les plus récentes données canadiennes, datant de 2004, révèle que les Canadiens avaient consommé en moyenne 110 grammes de sucre par jour cette année-là - soit l'équivalent de 26 cuillerées à thé.
Les sucres ajoutés peuvent porter plusieurs noms, allant de la mélasse au miel en passant par le sirop de malt, le fructose et le glucose. Sur les étiquettes nutritionnelles, le pourcentage de la recommandation quotidienne n'est pas donné pour le sucre.
Source : Lois Abraham, La Presse Canadienne (Toronto), publié dans www.lapresse.ca